EMCO SUCO Amis Maux Ticketmaster Genetec Vigi Santé EBI Électrique
Logo Université Laval Logo Université Laval

Analyse de marché en finance

Mise à jour : septembre 2016

Présentation du programme

BAA cheminement spécialisé en finance

En finance d'entreprise, vous développerez des habiletés en gestion d'opérations, en fusion-acquisition et en financement de projets. Vous apprendrez à gérer des actifs, des montages d'opérations financières et des émissions de titres. En finance des marchés, vous acquerrez des connaissances sur les produits financiers et leurs dérivés ainsi que des habiletés en analyse financière et en gestion de portefeuille. Vous apprendrez aussi à négocier des titres et à gérer des caisses de retraite. 

Ordre ou désignation professionnel

Cette concentration, reconnue par le Chartered Financial Analyst (CFA) Institute, vous prépare à passer le premier examen en vue d'obtenir le titre CFA. Elle offre aussi les cours nécessaires à l'obtention des désignations professionnelles CRM du Global Risk Management Institute (GRMI) et CAIA de la Chartered Alternative Investment Analyst (CAIA) Association.

Source : Université Laval

Maîtrise en sciences de l'administration - finance (M. Sc.)

Cette maîtrise professionnelle en finance forme des gestionnaires de portefeuille, des analystes financiers, des gestionnaires de risques et des spécialistes de la finance corporative de haut niveau. Reconnue par la Professional Risk Managers' International Association (PRMIA) et par le Chartered Alternative Investment Analyst (CAIA) Association, elle offre les cours nécessaires à l'obtention des désignations professionnelles PRM et CAIA. Elle vous prépare aussi aux examens du Chartered Financial Analyst (CFA) Institute en vue d'obtenir le titre CFA.

Ce programme vous permettra de maîtriser des modèles et des méthodes quantitatives utilisés en finance. Vous serez en mesure d'établir des stratégies financières complexes guidant la prise de décision dans un contexte d'incertitude en matière de placement et de gestion de portefeuille ainsi que dans le domaine de la planification financière, des investissements et des fusions d'entreprises. Ce programme permettra également d'obtenir une formation de recherche pertinente à des études de doctorat.

Cette maîtrise peut vous permettre d'obtenir deux désignations professionnelles en gestion des risques et en investissements alternatifs : Professional Risk Manager (PRM) et Chartered Alternative Investment Analyst (CAIA). Elle vous préparer aussi aux examens CFA Institute. Ces titres reconnus internationalement attestent les compétences et l'intégrité de ses détenteurs.

Source : Université Laval

Visionnez une vidéo sur la présentation du cheminement en finance.

À FSA ULaval, 16 des 25 programmes offerts par le Département de FAI, soit près de 65 %, sont agréés par des organisations internationales (CFA Institute, CAIA et PRMIA), nationales (GRMI -- RIMS et ICE) et québécoises (IQPF, OÉAQ et Ch. SF) et mènent à des désignations professionnelles reconnues dans les domaines de la finance, de la gestion des risques et de l'assurance et de l'immobilier.

Titres de postes

Exemples de postes avec un baccalauréat ou une maitrise*

Finance d’entreprise/corporative

  • Analyste financier
  • Conseiller en gestion budgétaire et financière
  • Analyste en gestion de l’actif
  • Spécialiste en stratégie d’investissements
  • Trésorier ou gestionnaire de la trésorerie
  • Gestionnaire en contrôle de la performance
  • Gestionnaire de risques financiers
  • Analyste en fusions et acquisitions (investment banking)
  • Analyste en émission de titres (investment banking)
  • Analyste en structure de capital et montages financiers (financement de projets)

Finance des marchés (avoir débuté la formation CFA un atout)

  • Analyste financier
  • Conseiller en placement
  • Gestionnaire de portefeuille
  • Négociateur (trader)
  • Spécialiste en produits dérivés
  • Courtier en valeurs mobilières
  • Gestionnaire de risques financiers
  • Analyste en fusions et acquisitions
  • Analyste en émission de titres
  • Gestionnaire en appariement

*Les titres de poste pour un détenteur d’une maitrise sont souvent les mêmes que pour un détenteur d’un baccalauréat. Pour un même titre de poste, un employeur peut exiger un baccalauréat, un autre employeur une maitrise et pour un autre, la maitrise sera un atout. Cela devient donc difficile de déterminer des appellations (titres de postes) qui s’adressent uniquement à un détenteur d’un baccalauréat versus un détenteur d’une maitrise. Toutefois, lorsqu’une offre d’emploi s’adresse uniquement aux diplômés de maîtrise, nous constatons que les responsabilités sont plus élevées, les composantes mathématiques sont plus présentes et que les perspectives de promotion sont plus grandes.

Sources : d'après le Répertoire des carrières en gestion par spécialisation, le département de finance et les données du SPLA

Fonctions

Voici des exemples de tâches avec un baccalauréat ou une maîtrise :

En finance d’entreprise

  • Mettre en œuvre des plans financiers
  • Produire des rapports financiers destinés aux gestionnaires et apporter des recommandations
  • Préparer et suivre les budgets de l’entreprise
  • Effectuer des analyses de rentabilité et évaluer le potentiel d’un projet
  • Faire des suivis, des analyses et des planifications budgétaires
  • Préparer, rédiger et analyser des états financiers
  • Développer un système de gestion d’inventaire intercompagnie
  • Instaurer des indicateurs de gestion et de performance
  • Gérer les risques financiers auxquels fait face l’entreprise

En finance des marchés (avoir débuté la formation CFA un atout)

  • Faire des offres de financement à des clients actuels et potentiels
  • Développer le portefeuille des clients en augmentant sa rentabilité
  • Effectuer une surveillance des régimes de retraite
  • Négocier des actions et des obligations
  • Préparer différents types d’appels d’offres
  • Communiquer avec des firmes externes afin de connaître le marché dans différents domaines
  • Gérer les contrats conclus à la suite des appels d’offres
  • Analyser les différents secteurs et proposer des stratégies de placement adéquates
  • Prospecter et développer de la nouvelle clientèle

(Source : d'après le Répertoire des carrières en gestion par spécialisation et les données du SPLA)

Exigences

Caractéristiques personnelles – champs d’intérêt

  • Aimer gérer une entreprise, s'occuper de commerce ou de finance
  • Aimer travailler avec les chiffres ou les mathématiques
  • Aimer lire, rédiger, communiquer, oralement ou par écrit
  • Aimer travailler physiquement ou manipuler des instruments
  • Aimer communiquer avec les gens pour les convaincre, les persuader
  • Aimer comprendre les phénomènes et résoudre les situations problématiques
  • Aimer travailler en contact avec des personnes ou les aider

Indices de tempérament

  • Préférer des tâches variées avec de fréquents changements
  • Préférer planifier des activités, diriger, contrôler et organiser l'ensemble des tâches
  • Préférer travailler en relation avec des gens et collaborer avec eux
  • Préférer influencer les opinions, les attitudes et les jugements des autres
  • Préférer travailler dans des situations critiques, imprévues, sous pression
  • Préférer porter son propre jugement pour décider ou résoudre des problèmes
  • Préférer travailler de façon méticuleuse, avec le souci du détail et de la précision

Qualités personnelles exigées

  • Autonomie
  • Persuasion
  • Facilité à communiquer
  • Minutie
  • Esprit de synthèse
  • Résistance au stress
  • Sens de l'observation
  • Curiosité intellectuelle
  • Entregent
  • Discrétion
  • Rigueur
  • Diplomatie
  • Esprit d'équipe
  • Esprit d'analyse
  • Esprit critique

Employeurs

  • Caisses de retraite (ex.: Caisse de dépôt et de placement du Québec, PSP, Université Laval, etc.)
  • Compagnies d’assurance (ex.: Industrielle Alliance, DGAG, etc.)
  • Gouvernements (ex.: ministère des Finances, Revenu Québec, etc.)
  • Institutions financières (ex.: BMO, CIBC, HSBC, Desjardins, etc.)
  • Cabinets de courtage (ex.: Financière Banque Nationale, Fidelity Investments, etc.)
  • Sociétés de fiducie (ex.: Société Canada Trust, Manuvie, etc.)
  • Sociétés ouvertes (ex.: Dollarama, Air Canada, Bombardier, etc.)
  • Fonds d’investissements (ex.: CSN, FTQ, FMOQ, etc.)
  • Municipalités 
  • Cabinets comptables (ex.: KPMG, Raymond Chabot Grant Thornton, etc.)
  • Service-conseil en gestion financière (ex.: Altvest, Cote 100, etc.) 
  • Organismes de réglementation (ex.: CFA, AMF, IQPF, etc.)
  • Firmes d'actuaires (ex.: AON, Mercer, etc.)
  • Travailleur autonome

Découvrez des entreprises qui recrutent à l'UL!

Cette section est réservée aux étudiants et aux diplômés.

Vous devez vous connecter :

S'inscrire Problèmes de connexion?

Perspectives d’emploi

Perspectives pour les professions d'analyste financier et d'analyste en placements (code CNP 1112) 

Selon Emploi-Québec (2015-2019), les perspectives d'emploi pour ces professions sont favorables. 

Selon Emploi-Avenir Québec de Service Canada, les perspectives d'emploi dans cette profession sont bonnes. Le nombre d'analystes financiers et d'analystes en placements devrait augmenter fortement au cours des prochaines années. Par contre, le taux prévu de retraite dans cette profession est nettement moins élevé que pour l'ensemble des professions. La multiplication des véhicules disponibles et la grande diversité des sources d'information financière encouragent les investisseurs institutionnels, les entreprises et, dans une moindre mesure les investisseurs privés à rechercher des conseils de professionnels experts dans l'analyse financière.

Pour accéder à cette profession, il faut habituellement être titulaire d'un diplôme d'études universitaires en commerce, en administration des affaires ou en économie, et avoir reçu une formation en cours d'emploi. La maîtrise spécialisée en finance constitue un atout.

Le titre d'analyste financier n'est pas protégé. Seul l'est le titre de « Chartered Financial Analyst » (CFA) que l'on obtient après avoir suivi une formation très poussée au « Chartered Financial Analysts Institute ». Le titre de CFA n'est pas obligatoire, mais il peut être exigé par certains employeurs.

Perspectives pour les professions d'agents en valeurs, en placements et de négociateurs de valeurs (code CNP 1113)

Les agents en valeurs et les agents en placements achètent et vendent des actions, des obligatoires, des bons du Trésor, des fonds communs de placement et d'autres valeurs pour des investisseurs, des gestionnaires de caisses de retraite, des banques, des sociétés de fiducie, des compagnies d'assurances et d'autres établissements. Les négociateurs en valeurs achètent et vendent des actions, des obligatoires, des biens, des devises étrangères et d'autres valeurs à la bourse au nom des agents en placements. Ils travaillent dans des compagnies de placements, des firmes de courtage, à la bourse et dans d'autres établissements dans le secteur des valeurs mobilières.

Selon Emploi-Avenir Québec de Service Canada, les perspectives sont acceptables.

Le nombre d'agents en valeurs, agents en placements et négociateurs en valeurs a augmenté fortement au cours des années 1990, avant de diminuer quelque peu par après. La multiplication des véhicules financiers, le vieillissement de la population et la hausse des placements boursiers expliquent en grande partie la croissance observée au cours des années 1990. Toutefois, la plus grande disponibilité de l'information, l'informatisation des opérations, la possibilité d'effectuer les transactions par Internet et le changement de vocation de la Bourse de Montréal pourraient expliquer la baisse subséquente. Comme la plupart des effets négatifs de ces facteurs semblent derrière nous, on prévoit que le nombre d'agents en valeurs, agents en placements et négociateurs en valeurs cessera de diminuer et augmentera légèrement au cours des prochaines années.

Pour accéder à cette profession, il faut habituellement un diplôme d'études universitaires ou collégiales en économie ou en affaires. Une bonne expérience en placements ou dans la vente peut suppléer à la formation postsecondaire.

La réussite d'un cours en commerce des valeurs mobilières donné par l'Institut des valeurs mobilières du Canada, par correspondance, est obligatoire pour devenir courtier de plein exercice. On doit aussi obtenir un permis d'exercer de l'Autorité des marchés financiers (anciennement de la Commission des valeurs mobilières du Québec). Les courtiers à escompte en épargne collective, en contrats d'investissement et en plans de bourses d'études doivent obtenir un certificat de l'Autorité des marchés financiers.

Pour devenir « fellow » de l'Institut des valeurs mobilières du Canada, il faut suivre un cours supérieur sur le financement des investissements au Canada. Les agents qui se spécialisent dans la vente de fonds mutuels doivent réussir un cours d'une durée de quelques semaines sur les fonds d'investissements.

La Bourse de Montréal offre de nombreux cours de perfectionnement, notamment sur les produits dérivés.

Autre profession apparentée : autres agents financiers (code CNP 1114)

Constat de votre conseiller en emploi

En grande majorité, on retrouve les bacheliers en finance au sein des banques, des compagnies d’assurance et des entreprises privées. Autant au 1er qu’au 2e cycle, participer au cours de sa formation à des activités parascolaires en lien avec la finance, développer des habiletés pratiques dans ce domaine, en plus d’être bilingue, permet d’accéder plus facilement à certains postes prestigieux. On remarque également qu’il y a une plus grande demande pour des diplômés des cycles supérieurs lorsque les emplois exigent de grandes compétences en analyse financière, en programmation ou en modélisation de données, ainsi que pour les emplois en finance de marchés interagissant avec la bourse. Dans ces secteurs, les résultats scolaires sont très importants et la grande majorité des employeurs vont exiger le relevé de notes et parfois même des recommandations de professeurs. On peut donc confirmer que, pour certains types d’emplois, la maîtrise spécialisée en finances constitue un atout important. Le titre CFA, sans être une nécessité, représente également un atout. 

Il est pertinent d’apporter certaines précisions concernant les postes à la maîtrise rattachés aux marchés boursiers. Dans cette industrie, on utilise souvent le vocabulaire suivant : « front office, middle office, back office » où les compétences exigées diffèrent. Le « front office » requiert des compétences en vente alors que le « back office » requiert des compétences en analyse et en modélisation. Il faut aussi tenir compte du lieu géographique des différentes salles des marchés des institutions financières canadiennes. Comme les sièges sociaux sont principalement à Toronto, les emplois se retrouvent dans cette région; les habiletés linguistiques sont donc primordiales. Étant donné que les mathématiques sont de plus en plus présentes dans les postes analytiques de haut niveau, les exigences en programmation sont primordiales. Finalement, compte tenu du nombre important de diplômés formés aux cycles supérieurs en finance et en ingénierie financière au Québec et le peu de postes ouverts dans le domaine des marchés boursiers, les plus performants auront de meilleures chances.

Karine Boudreau et René Beaulieu

Statistiques de placement

Avec un baccalauréat

Selon l'enquête Relance SPLA--FSA, menée à l'automne 2015, qui visait les diplômés de la Faculté des sciences de l'administration de l'Université Laval des quatre dernières années, les diplômés du baccalauréat en administration des affaires, cheminement spécialisé en finance de 2011-2015, 76 % étaient en emploi en 2015 (taux de réponse de 15 %).

Selon l’enquête La Relance du ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, les diplômés du baccalauréat en sciences de l’administration, spécialisation Opérations bancaires et finance de 2013 connaissaient la situation suivante en 2015 (taux de réponse : 47 %) :

En emploi : 73,7 %

  • À temps plein : 95,2 %
  • En lien avec la formation : 68 %
  • Taux de chômage : 5 %

Avec une maîtrise

Selon l’enquête La Relance du ministère de d'Éducation et de l'Enseignement supérieur, les diplômés de la maîtrise en sciences de l’administration, spécialisation Opérations bancaires et finance de 2013 connaissaient la situation suivante en 2015 (taux de réponse : 50 %) :

En emploi : 93,5 %

  • À temps plein : 100 %
  • En lien avec la formation : 87,9 %
  • Taux de chômage : 4,9 % 

Données salariales

Avec un baccalauréat

Selon l’enquête Relance SPLA--FSA, menée à l'automne 2015, qui visait les diplômés de la Faculté des sciences de l'administration de l'Université Laval des quatre dernières années, les diplômés du baccalauréat en administration des affaires, cheminement spécialisé en finance de 2011-2015, connaissaient la situation suivante en 2015 : un salaire annuel moyen de 43 700 $ (taux de réponse : 15 %).

Selon l’enquête La Relance du ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, les diplômés du baccalauréat en sciences de l’administration, spécialisation en opérations bancaires et finance de 2013 connaissaient la situation suivante en 2015 : un salaire hebdomadaire brut moyen de 1075 $.

Selon Emploi-Québec, le salaire horaire estimé au Québec entre 2013 et 2015 pour les analystes financiers et les analystes en placements (code CNP 1112) était :

  • minimum : 19,49 $
  • médian : 32,91 $
  • maximum : 51,28 $

Selon Repères (2015), le salaire annuel minimum moyen pour ces professionnels se situait entre 38 000 $ et 42 999 $ alors que le salaire maximum moyen se situait entre 100 000 $ et 124 999 $.

Selon Emploi-Québec, le salaire horaire estimé au Québec entre 2013 et 2015 pour les agents en valeurs, en placements et les négociateurs en valeurs (code CNP 1113), était :

  • minimum : 17,00 $
  • médian : 30,25 $
  • maximum : 48,08 $

Avec une maîtrise

Selon l’enquête La Relance du ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, les diplômés de la maîtrise en sciences de l’administration, spécialisation en opérations bancaires et finance de 2013 connaissaient la situation suivante en 2015 : un salaire hebdomadaire brut moyen de 1526 $.

Finalement, le guide salarial 2016 de Robert Half s'avère un outil précieux. Il présente des données sur les salaires de départ moyens pour une vaste gamme de postes dans les domaines de la comptabilité, de la finance et des services financiers et offre également un survol des tendances en embauche et en gestion.

Information complémentaire

Liens utiles

FSA ULaval - Les désignations professionnelles
http://www4.fsa.ulaval.ca/la-faculte/departements-et-ecole/departement-de-finance-assurance-et-immobilier/programmes-detudes-et-titres-professionnels/

Association CFA Montréal
www.cfamontreal.org/fr

CFA Québec (Association des analystes financiers de Québec)
www.cfasociety.org/quebec/pages/default.aspx

Institut canadien des valeurs mobilières 
http://www.institutcanadien.com/Valeurs

L'Autorité des marchés financiers
www.lautorite.qc.ca/

Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs immobilières
www.ocrcvm.ca/Pages/default.aspx

Bourse de Montréal
www.m-x.ca/

Finance Montréal
http://www.finance-montreal.com

Regroupement de sièges sociaux de compagnies d'assurances au Canada
www.assurancequebeclevis.ca

Sites de recherche d'emplois spécialisés en finance
www.jobwings.com/fr
www.roberthalf.ca/fr

Parcours de diplômés

Lysanne Baril, directrice comptes majeurs, Chocolats Favoris

Nancy Coulombe, vice-présidente finances, Groupe Leclerc

Marie-Lin Hamel, cambiste associée à la Banque Nationale