Au travail, ça roule? Industrielle Alliance L'AMIE Creaform Banque Nationale PEPSICO CUSO International Frontmatec Sherwin Williams OLYMPUS SFL Statistiques Canada CNESST Crakmedia
Logo Université Laval Logo Université Laval

Analyse de marché en services financiers

Mise à jour : septembre 2016

Présentation du programme

Aussi complexe soit-elle, la planification financière propose de nombreux défis stimulants pour ceux qui choisissent d'en faire une carrière. Si déjà vous aimez jongler avec les différents véhicules financiers offerts sur le marché et conseiller les gens en matière de finances personnelles, les différentes formations en services financiers de FSA ULaval sont faites pour vous.

En plus d'acquérir les habiletés permettant d'appliquer une démarche structurée en planification financière personnelle intégrée, vous développerez des compétences dans chacun des domaines d'expertise de cette discipline : les aspects légaux, la planification des successions, l'assurance et la gestion des risques, la gestion financière des particuliers, la fiscalité, les placements et la planification de la retraite.

Après avoir complété cette formation, vous pourrez travailler pour des institutions financières, des compagnies d'assurances, des cabinets privés de services financiers ou même des sociétés de fiducie. (Source : Université Laval)

FSA ULaval offre trois programmes de formation en services financiers :

  • Baccalauréat en administration des affaires (BAA) avec cheminement spécialisé en services financiers
  • Certificat de premier cycle en services financiers
  • Maîtrise en administration des affaires (MBA) avec option en services financiers

Baccalauréat en administration des affaires (BAA) avec cheminement spécialisé en services financiers

Le cheminement spécialisé en services financiers du BAA est approuvé par l'Institut québécois de planification financière (IQPF). Le programme permet d'acquérir les compétences prévues par le règlement de l'IQPF menant au titre de planificateur financier (Pl. Fin.). Prenez note que les exigences relatives à l'obtention du titre de planificateur financier vous sont présentées à la section « Critères d'admissibilité à la profession » de la présente analyse. Pour en savoir plus à propos du titre de planificateur financier, consultez le site de l'IQPF.

Certificat en services financiers

Le certificat en services financiers offert à FSA ULaval est aussi approuvé par l'Institut québécois de planification financière (IQPF). Le programme permet d'acquérir les compétences prévues par le règlement de l'IQPF menant au titre de planificateur financier (Pl. Fin.). Le titre de planificateur financier exigeant un grade universitaire de 1er cycle, l'étudiant devra obtenir deux autres certificats de premier cycle pour se conformer aux exigences de l'IQPF. Consultez la section « Information complémentaire » à la fin de cette analyse pour en savoir plus.

Visionnez une vidéo sur la présentation du cheminement en services financiers.

Titres de postes

  • Conseiller en finance personnelle ou conseiller financier
  • Conseiller en sécurité financière
  • Directeur des services financiers
  • Gestionnaire de patrimoine
  • Planificateur financier (Pl. Fin.)
  • Gestionnaire d'une succursale bancaire ou d'un cabinet de courtage

Sources : d'après le Répertoire des carrières en gestion par spécialisation et les données du SPLA

Fonctions

  • Effectuer une planification financière personnalisée qui intègre et optimise toutes les facettes de la réalité financière de son client, à savoir : les décisions relatives à la succession, à la gestion des dettes et des placements, aux aspects légaux, aux assurances et à la gestion des risques, à la fiscalité et à la retraite
  • Analyser les besoins des épargnants
  • Courtage en placements, assurances et prêts hypothécaires
  • Évaluer les capacités d'emprunt et d'épargne et proposer des solutions adéquates
  • Participer au développement des affaires
  • Attribuer du financement ou consentir du crédit personnel et hypothécaire
  • Effectuer des transactions liées aux placements
  • Gérer le personnel

Sources : selon le Répertoire des carrières en gestion par spécialisation et les données du SPLA

Exigences

Voici, selon Repères, les exigences les plus souvent demandées :

Caractéristiques personnelles - champs d'intérêt

  • Aimer gérer une entreprise, s'occuper de commerce ou de financer
  • Aimer travailler avec les chiffres ou les mathématiques
  • Aimer lire, rédiger, communiquer, oralement ou par écrit
  • Aimer travailler physiquement ou manipuler des instruments
  • Aimer communiquer avec les gens pour les convaincre, les persuader
  • Aimer comprendre les phénomènes et résoudre les situations problématiques
  • Aimer travailler en contact avec des personnes ou les aider

Indices de tempérament

  • Préférer travailler en relation avec des gens et collaborer avec eux
  • Préférer influencer les opinions, les attitudes et les jugements des autres
  • Préférer utiliser des normes mesurables pour décider ou résoudre des problèmes
  • Préférer travailler de façon méticuleuse, avec le souci du détail et de la précision

Qualités personnelles exigées

  • Entrepreneurship
  • Avoir le goût et le besoin d'aider son prochain
  • Très bonne écoute
  • Sens des responsabilités
  • Entregent
  • Autonomie
  • Persuasion
  • Sens de l'organisation
  • Facilité à communiquer (oral et écrit)
  • Capacité à s'exprimer avec précision et logique
  • Apparence soignée
  • Flexibilité
  • Minutie
  • Esprit de synthèse
  • Sens de l'observation
  • Discrétion
  • Rigueur
  • Diplomatie
  • Esprit d'analyse
  • Esprit critique

Conditions de travail

Principaux employeurs versus rémunération

  • Employés : secteur bancaire
  • À son compte :
    - compagnies d'assurance (agences)
    - courtage (représente plusieurs institutions)

Dans le secteur « bancaire », le travail s'effectue selon les heures d'ouverture des succursales bancaires. Le travail s'effectue donc surtout de jour et certains soirs à l'occasion pour rencontrer des clients. La rencontre des clients a lieu sur les lieux de la succursale.

Dans le secteur des agences et du courtage, la rencontre des clients s'effectue la plupart du temps le soir au domicile du client. Le travail de bureau est effectué le jour.

Employeurs

  • Institutions financières (caisses populaires, banques)
  • Compagnies d'assurances
  • Cabinets de services financiers
  • Agents généraux (placements et assurance)
  • Caisses de retraite
  • Gouvernements
  • Maisons de courtage en valeurs mobilières
  • Sociétés de fiducie
  • Sociétés ouvertes

Découvrez des entreprises qui recrutent à l'UL!

Cette section est réservée aux étudiants et aux diplômés.

Vous devez vous connecter :

S'inscrire Problèmes de connexion?

Perspectives d’emploi

Selon Emploi-Québec, les perspectives d'emploi (2013-2017) sont favorables dans toutes les régions du Québec. La demande concerne principalement les planificateurs financiers ainsi que les conseillers financiers en finances personnelles.

Selon Emploi-Avenir Québec de Service Canada, les perspectives d'emploi dans cette profession sont bonnes. Au cours des dernières années, le nombre d'autres agents financiers a augmenté fortement. La multiplication des véhicules financiers, le vieillissement de la population, la réorganisation des services bancaires et la hausse de la valeur des placements expliquent en grande partie cette croissance. Étant donné que ces tendances devraient se maintenir, on prévoit que le nombre d'agents financiers continuera à augmenter fortement au cours des prochaines années.

L'accès à cette profession est rendu presque uniquement réservé à des titulaires de diplômes d'études universitaires ou collégiales en administration des affaires, en commerce, en économie ou dans un domaine connexe. Cette scolarité doit habituellement être complétée par une expérience significative dans les industries d'embauche. Reflet de l'importance de cette expérience, la promotion d'autres agents financiers âgés de 15 à 24 ans était en 2011 beaucoup plus faible que dans l'ensemble des professions (3 % par rapport à 13 %, selon les données de l'Enquête nationale auprès des ménages).

Constat de votre conseiller en emploi

Réalité de l'industrie :

  • clientèle de plus en plus sophistiquée
  • effets des scandales récents
  • pénurie de main-d'oeuvre (planificateur financier)

Cette profession figure parmi les plus en demande actuellement. La demande est donc très forte et les finissants se placent très bien. Les employeurs se déplacent sur le campus lors de conférences ou de journées carrière, c'est d'ailleurs l'occasion pour les étudiants de rencontrer les différents employeurs et de comprendre les particularités de chacun.

Une des principales questions à vous poser est si vous souhaitez être employé ou travailleur autonome. Vous serez employé dans le secteur bancaire ou les caisses où vous pourrez agir à titre de conseiller financier, courtier en valeur mobilière, planificateur financier, etc. Dans certaines banques, l'évolution peut être très rapide. On peut passer de conseiller en finance personnelle à conseiller en gestion des avoirs puis directeur de compte de petite entreprise, et même directeur de succursale.

Dans le réseau des captifs (agences) et réseau des agents généraux (courtage), vous serez travailleur autonome. Le réseau des captifs fonctionne par agences dans lesquelles le conseiller est amené à représenter une ou quelques compagnies fournisseurs de produits et de services. On pense particulièrement aux compagnies d'assurances et certains groupes financiers (Groupe Investors, Liberté 55, etc.). Le réseau des agents généraux fonctionne par courtage dans le sens où le conseiller est amené à représenter en même temps un grand nombre d'assureurs, de compagnies d'investissement, de banques, etc.

Ces employeurs sont très nombreux dans ces domaines. Il faut magasiner et voir les particularités de chacun : formation, clientèle, choix des produits, avance de commission, salaire de base, etc. Les possibilités salariales peuvent être très intéressantes si on a le profil et la fibre d'un entrepreneur!

Il est aussi très important d'apporter une distinction entre un conseiller financier et un planificateur financier. La planification financière personnelle (PFP) intégrée est un processus structuré d'optimisation de la situation financière et du patrimoine d'un individu, en fonction des contraintes et des objectifs. Il y aura donc coordination entre les différentes décisions concernant les sept domaines d'intervention en PFP, soit la finance, les aspects légaux, la fiscalité, la retraite, la succession, les placements et l'assurance et la gestion des risques. Le conseiller financier, quant à lui, a tendance à se concentrer sur un ou quelques-uns de ces domaines en particulier.

Avec les dernières crises économiques et les scandales financiers récents, l'approche intégrée devient incontournable dans l'industrie. (Source : IQPF) Par contre, en raison de la forte demande, le titre n'est pas une condition pour trouver un emploi dans le domaine des services financiers. Certains employeurs sont prêts à rembourser les frais relatifs à cette formation.

Karine Boudreau

Statistiques de placement

Avec un baccalauréat

Selon l'enquête Relance SPLA--FSA menée à l'automne 2015 qui visait les diplômés de la Faculté des sciences de l'administration de l'Université Laval des quatre dernières années, les diplômés du baccalauréat en administration des affaires, cheminement spécialisé en services financiers de 2011-2015, connaissaient la situation suivante en 2015 (taux de réponse de 19 %) : 84 % en emploi.

Selon l'enquête La Relance du ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, les diplômés du baccalauréat en sciences de l'administration, spécialisation en opérations bancaires et finance de 2013 connaissaient la situation suivante en 2015 (taux de réponse : 47 %) :

  • En emploi : 73,7 %
  • À temps plein : 95,2 %
  • En lien avec la formation : 68 %
  • Taux de chômage : 5 %

Avec une maîtrise

Selon l'enquête La Relance du ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, les diplômés de la maîtrise en sciences de l'administration, spécialisation en opérations bancaires et finance de 2013 connaissaient la situation suivante en 2015 (taux de réponse : 50 %) : 

  • En emploi : 93,5 %
  • À temps plein : 100 %
  • En lien avec la formation : 87,9 %
  • Taux de chômage : 4,9 %

Données salariales

Avec un baccalauréat

Selon l'enquête Relance SPLA--FSA menée à l'automne 2015 qui visait les diplômés de la Faculté des sciences de l'administration de l'Université Laval des quatre dernières années, les diplômés du baccalauréat en administration des affaires, cheminement spécialisé en finance de 2011-2015, connaissaient la situation suivante en 2015 : un salaire annuel moyen de 50 600 $ (taux de réponse : 19 %).

Selon l'enquête La Relance du ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, les diplômés du baccalauréat en sciences de l'administration, spécialisation en opérations bancaires et finance de 2013 connaissaient la situation suivante en 2015 : un salaire hebdomadaire brut moyen de 1075 $.

Selon Emploi-Québec, le salaire horaire estimé au Québec entre 2013 et 2015 pour ces professionnels, était :

  • minimum : 18,00 $
  • médian : 28,85 $
  • maximum : 49,52 $

Selon Repères (2016), le salaire annuel minimum moyen se situait entre 33 000 $ et 37 999 $ alors que le salaire maximum moyen se situait entre 85 000 $ et 99 999 $.

Avec une maîtrise

Selon l'enquête La Relance du ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, les diplômés de la maîtrise en sciences de l'administration, spécialisé en opérations bancaires et finance de 2013, connaissaient la situation suivante en 2015 : une salaire hebdomadaire brut moyen de 1526 $.

Finalement, le guide salarial 2016 de Robert Half s'avère un outil précieux. Il présente des données sur les salaires de départ moyens pour une vaste gamme de postes dans les domaines de la comptabilité, de la finance et des services financiers et offre également un survol des tendances en embauche et gestion.

Répartition de l’emploi selon la région

Régions Agents financiers
Abitibi-Témiscamingue 1,4 %
Bas-St-Laurent 2,9 %
Capitale-Nationale 9,8 %
Centre-du-Québec 3,0 %
Chaudière-Appalaches 6,4 %
Côte-Nord-Nord du Québec 0,6 %
Estrie 3,4 %
Gaspésie-îles-de-la-Madeleine 0,8 %
Lanaudière 6,0 %
Laurentides 5,7 %
Laval 6,0 %
Mauricie 2,7 %
Montérégie 19,0 %
Montréal 25,0 %
Outaouais 4,4 %
Saguenay-Lac-St-Jean 3,0 %

Source : Emploi Avenir

Critères d’admissibilité à la profession

Le diplôme de l'Institut québécois de planification financière est la formation minimale exigée par l'Autorité des marchés financiers (AMF) pour porter le titre et exercer la profession de planificateur financier. Le certificat délivré par l'AMF est obligatoire pour exercer la profession. 

Exigences de formation pour l'obtention du titre de Pl. fin.

Le cheminement en services financiers peut mener l'étudiant à une accréditation : planificateur financier (Pl. Fin.).

L'Institut québécois de planification financière (IQPF) est le seul organisme au Québec autorisé à décerner le diplôme de planificateur financier et à établir les règles relatives à la formation continue de ses diplômés. Sa principale raison d'être est de former les meilleurs professionnels en planification financière et de les accompagner dans leur développement professionnel pour qu'ils demeurent à la fine pointe des nouveaux développements, assurant ainsi la protection du public.

Pour devenir planificateur financier, il faut avoir : (1) terminé la formation scolaire prévue au Règlement ou avoir l'équivalence de formation, puis (2) réussir le cours de formation professionnelle (CFP) et (3) réussir l'examen de l'IQPF.

Concernant la formation scolaire, il faut compléter avec succès un programme universitaire de formation en planification financière personnelle approuvé par l'IQPF :

  • BAA - cheminement spécialisé en services financiers OU
  • Certificat en services financiers et un cumul de deux autres certificats : administration, droit, économie ou actuariat OU
  • Obtenir une équivalence de formation (voir le site de l'IQPF pour les équivalences)

Le cours de formation professionnelle (CFP) est l'étape qui suit la formation scolaire ou son équivalent. Il s'agit d'un cours de 54 heures étalées sur 9 semaines, qui fait la synthèse des connaissances déjà acquises par l'étudiant et qui lui donne la méthodologie nécessaire pour appliquer ces connaissances à une planification financière personnelle.

La présentation à l'examen de l'IQPF est permise après avoir réussi le cours de formation professionnelle. Le coût de ce cours, en 2014, était de 2842,46 $.

Source : http://www.iqpf.org/

Information complémentaire

Sites Web pertinents

Institut québécois de planification financière
http://www.iqpf.org/index.fr.html

Chambre de la sécurité financière
http://www.chambresf.com/

Ordre des administrateurs agréés du Québec
http://www.adma.qc.ca/

Institut des fonds d'investissement du Canada
https://www.ific.ca/

Association des banquiers canadiens
http://www.cba.ca/fr

Canadian Securities Institute (CSI)
https://www.csi.ca/student/fr_ca/home.xhtml

Autorité des marchés financiers
http://www.lautorite.qc.ca/

Puissance Onze
http://www.puissanceonze.ca/

Devenez Pl. Fin.
http://www4.fsa.ulaval.ca/la-faculte/departements-et-ecole/departement-de-finance-assurance-et-immobilier/designations-professionnelles/devenez-pl-fin/

FSA ULaval - Les désignations professionnelles
http://www4.fsa.ulaval.ca/la-faculte/departements-et-ecole/departement-de-finance-assurance-et-immobilier/designations-professionnelles/

Parcours de diplômé

David Blondeau, président, directeur général, Gestion financière Blondeau