Grève
Logo Université Laval Logo Université Laval

Analyse de marché en nutrition

Mise à jour : juillet 2014

Présentation du programme

Ce baccalauréat vous préparera à devenir un professionnel capable d'intervenir dans le domaine de la nutrition pour répondre aux besoins des individus, des groupes et des populations, et ce, dans une perspective de promotion, de rétablissement et de maintien de la santé. Pour y parvenir, vous explorerez, d'une part, les dimensions biologiques, psychologiques et socioculturelles de l'individu et vous connaîtrez, d'autre part, la nature des aliments et leur utilisation. Vous acquerrez des compétences dans tous les champs de pratique de la discipline, notamment en nutrition clinique, en nutrition communautaire et publique et en gestion des services d'alimentation.

Points importants :

  • Baccalauréat de 3 ans et demi (115 crédits)
  • Le programme offre 5 stages obligatoires et 7 stages optionnels. La dernière année de formation se déroule en stage.
  • Donne accès à l’Ordre professionnel des diététistes du Québec
  • Le programme de nutrition est accrédité par les Diététistes du Canada

Source : Faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimentation

Titres de postes

Voici des titres de postes qu'on retrouve dans divers secteurs.

Secteur de la nutrition clinique

  • Diététiste
  • Nutritionniste
  • Diététiste-nutritionniste

Secteur de la nutrition communautaire

  • Nutritionniste
  • Diététiste

Secteur de la promotion de la santé / santé publique

  • Nutritionniste
  • Diététiste
  • Éducateur en promotion de la santé
  • Agent de planification, de programmation et de recherche
  • Chargé de projet en prévention et promotion de la santé
  • Gestionnaire de la promotion de la santé

Secteur de la gestion alimentaire

  • Chef du service alimentaire
  • Responsable en alimentation

Secteur de la recherche et du développement

  • Recherche et développement (milieu privé)
  • Technicien en recherche et développement
  • Coordonnateur en recherche et développement
  • Scientifique en recherche et développement
  • Recherche et développement (milieu public)
  • Assistant de recherche
  • Professionnel de recherche
  • Analyste en recherche

Secteur de l’enseignement

  • Enseignant en technique de diététique
  • Professeur
  • Formateur

Secteur du contrôle de la qualité

  • Technologue en contrôle de la qualité
  • Technicien en assurance qualité
  • Inspecteur en contrôle de la qualité
  • Coordonnateur en assurance qualité
  • Spécialiste en assurance qualité

Secteur de la vente et de la représentation

  • Représentant des ventes
  • Représentant pharmaceutique

Source : offres d'emploi reçues au SPLA

Fonctions

D'après le site Repères, de façon générale, les tâches effectuées par un diététiste-nutritionniste sont de :

  • Procéder à l'étude des besoins de ses diverses clientèles
  • Évaluer l'alimentation et l'état nutritionnel de ses clients
  • Élaborer des interventions nutritionnelles et en superviser l'efficacité
  • Concevoir des plans de traitements nutritionnels adaptés aux besoins des patients
  • Formuler des objectifs, à court et à long terme, en vue d'assurer une alimentation saine à des coûts acceptables pour les clientèles visées et déterminer les programmes d'action pour les atteindre
  • Surveiller les effets de la stratégie d'intervention privilégiée chez la personne
  • Assurer à ses clients l'enseignement pertinent aux régimes prescrits
  • Intégrer les résultats de recherches scientifiques et les appliquer dans ses interventions
  • Conseiller les patients pour les aider à prévenir les maladies, à maintenir ou rétablir la santé
  • Élaborer des menus pour diverses collectivités de malades et de bien portants et en faire le marketing
  • Planifier et contrôler la qualité des repas et coordonner le fonctionnement de services d'alimentation collective
  • Planifier, organiser et diriger des programmes de nutrition, seul ou en collaboration avec une équipe multidisciplinaire, et élaborer les politiques alimentaires
  • Mettre sur pied des programmes de sensibilisation à une bonne alimentation
  • Évaluer des nouveaux produits alimentaires, des systèmes de production et de distribution des repas et des programmes d'intervention en nutrition
  • Rédiger divers documents d'information
  • Planifier et organiser des programmes de recherche

Ces tâches peuvent cependant varier selon le secteur d’activité dans lequel évolue le diplômé en nutrition :

Secteur de la nutrition clinique

  • Évaluer l’état nutritionnel
  • Mettre en oeuvre une stratégie d’intervention visant à adapter l’alimentation afin de maintenir ou rétablir la santé
  • Intervenir individuellement ou en groupe auprès de clientèles variées
  • Collaborer à l’enseignement clinique

Secteur de la nutrition communautaire

  • Concevoir, réaliser et évaluer les programmes et les activités de nutrition communautaire de l’organisme
  • Évaluer les besoins d’aide alimentaire et d’éducation nutritionnelle dans les milieux d’intervention
  • Superviser et assurer le fonctionnement des mesures d’aide alimentaire dans le milieu
  • Accompagner la communauté dans son éducation nutritionnelle

Secteur de la promotion de la santé / santé publique

  • Surveiller l’évolution des besoins de la population en matière de santé
  • Élaborer des programmes de prévention et de promotion de la santé
  • Animer des conférences auprès de différents publics
  • Assurer une veille de connaissances dans son secteur
  • Concevoir des outils de communication et de transfert de connaissances au public

Secteur de la gestion alimentaire

  • Planifier, organiser, coordonner et contrôler toutes les opérations relatives au service alimentaire
  • Voir à la production et à la distribution des repas
  • Assurer la gestion des ressources humaines, matérielles et financières
  • Promouvoir la saine alimentation

Secteur de la recherche et du développement

  • Réaliser des revues de littérature scientifique
  • Rédiger et appliquer des protocoles de recherche
  • Collecter et analyser des données
  • Adapter des outils de recherche
  • Assurer la recherche et le développement de nouveaux produits à valeur ajoutée
  • Gérer les demandes de crédits et subventions de recherche

Secteur de l’enseignement

  • Préparer et animer des cours ou des formations diverses
  • Concevoir, surveiller et corriger des évaluations
  • Assurer une disponibilité auprès des élèves ou des participants
  • Participer activement à la vie départementale

Secteur du contrôle de la qualité

  • Coordonner le processus d’approbation des ingrédients
  • Évaluer les niveaux de risque HACCP et allergènes
  • Rédiger et réviser les listes d’ingrédients et d’informations nutritionnelles
  • Faire la vérification légale d’emballage
  • Maintenir à jour les documents techniques

Secteur de la vente et de la représentation

  • Analyser son territoire, le volume des ventes et les opportunités d’affaires
  • Développer la clientèle
  • Promouvoir les produits (alimentaires ou pharmaceutiques) et répondre aux questions du client
  • Organiser des séances d’information
  • Assurer un suivi administratif

Source : offres d'emploi reçues au SPLA

Exigences

Voici les compétences ou les qualités qu'un professionnel doit posséder en fonction des différents secteurs.

Secteur de la nutrition clinique

  • Membre de l’Ordre professionnel des diététistes du Québec
  • Sens de l’organisation et de la planification
  • Forte capacité en communication
  • Autonomie et initiative
  • Sens de l’observation
  • Capacité d’écoute et d’analyse
  • Esprit d’équipe
  • Souci du client
  • Résistance au stress

Secteur de la nutrition communautaire

  • Membre de l’Ordre professionnel des diététistes du Québec
  • Sens de l’organisation et de la planification
  • Forte capacité en communication
  • Leadership
  • Dynamisme et créativité
  • Capacité de gestion
  • Esprit d’équipe
  • Souci du client
  • Conscience sociale

Secteur de la promotion de la santé / santé publique

  • Capacité d’observation et d’analyse
  • Dynamisme et créativité
  • Forte capacité en communication
  • Sens de l’organisation et de la planification
  • Esprit d’équipe
  • Souci du client
  • Membre de l’Ordre professionnel des diététistes du Québec (pas exigé dans bien des cas)

Secteur de la gestion alimentaire

  • Forte capacité de gestion
  • Sens de l’organisation et de la planification
  • Leadership
  • Esprit d’équipe
  • Souci du client
  • Forte capacité en communication

Secteur de la recherche et du développement

  • Études supérieures un atout important pour ce secteur
  • Curiosité
  • Capacité à innover
  • Esprit d’analyse et de synthèse
  • Rigueur et minutie
  • Sens de l’organisation et de la planification
  • Forte capacité en communication
  • Esprit d’équipe
  • Bilinguisme
  • Membre de l’Ordre professionnel des diététistes du Québec (pas exigé dans bien des cas)

Secteur de l’enseignement

  • Compétences en pédagogie
  • Forte capacité en communication
  • Dynamisme et motivation
  • Sens de l’organisation et de la planification
  • Créativité
  • Esprit d’équipe
  • Membre de l’Ordre professionnel des diététistes du Québec (pas exigé dans bien des cas)

Secteur du contrôle de la qualité

  • Sens de l’organisation et de la planification
  • Sens de l’observation
  • Bonne connaissance des normes HACCP
  • Capacité en résolution de problème
  • Forte capacité en communication
  • Esprit d’équipe
  • Membre de l’Ordre professionnel des diététistes du Québec (pas exigé dans bien des cas)

Secteur de la vente et de la représentation

  • Capacité à convaincre
  • Fortes aptitudes en relations interpersonnelles
  • Forte capacité en communication
  • Sens de l’organisation et de la planification
  • Axé sur les résultats
  • Dynamisme et enthousiasme

Source : offres d'emploi reçues au SPLA

Employeurs

D'après Repères, de façon générale, les catégories d’employeurs en nutrition sont :

  • À son compte
  • Cafétérias
  • Centres d'accueil
  • Centres de conditionnement physique
  • Centres hospitaliers
  • Centres hospitaliers de soins de longue durée
  • Centres locaux de services communautaires (CLSC)
  • Cliniques médicales
  • Établissement d'enseignement
  • Forces canadiennes
  • Gouvernement fédéral
  • Gouvernement provincial
  • Industrie des aliments et des boissons
  • Industrie des produits pharmaceutiques et des médicaments
  • Magasins d'alimentation

D'après les offres reçues au SPLA, on peut ajouter à cette liste :

  • Instituts spécialisés (santé mentale, réadaptation physique, etc.)
  • Organismes de promotion des saines habitudes de vie
  • Centres de recherche
  • Établissements d’enseignement
  • Organismes de coopération internationale

Découvrez des entreprises qui recrutent à l'UL!

Cette section est réservée aux étudiants et aux diplômés.

Vous devez vous connecter :

S'inscrire Problèmes de connexion?

Secteurs d'emploi

Principaux secteurs d'emploi %
Soins de santé et assistance sociale 81,9
Hôpitaux 49,4
Centres de soins ambulatoires (y compris les CLSC) 13,9
Cabinets d'autres praticiens (y compris les cabinets de diététistes) 8,2
Établissements de soins infirmiers et de soins pour bénéficiaires internes
(y compris les CHSLD)
5,4
Services d'enseignement 4,0
Services professionnels, scientifiques et techniques 3,3

Source : Emploi Avenir Québec

Perspectives d’emploi

Selon Emploi-Québec, les perspectives professionnelles (2012-2016) pour la profession de diététiste nutritionniste dans l'ensemble du Québec sont favorables. Pour connaître les perspectives d'emploi de cette profession dans chacune des régions, consultez le site d'Emploi-Québec.

Selon Emploi Avenir, les perspectives d'emploi dans cette profession sont bonnes (en date de janvier 2013).

Au cours des récentes années, le nombre de diététistes et nutritionnistes a augmenté fortement. Cette augmentation s'explique par le vieillissement de la population, le souci grandissant de la population envers une alimentation saine, la croissance des dépenses gouvernementales dans le secteur de la santé, l'accentuation des problèmes de santé dus à l'obésité et l'utilisation croissante des services de diététistes en matière de prévention et de traitement pour des problèmes de santé. Étant donné que ces tendances devraient se maintenir, le nombre de diététistes et nutritionnistes devrait continuer à augmenter fortement au cours des prochaines années.

Tendances

Le virage ambulatoire et le vieillissement de la population ont depuis quelques années un effet bénéfique pour les diététistes et nutritionnistes. En effet, les problèmes de santé des patients alités sont beaucoup plus lourds qu'auparavant et demandent davantage d'interventions dans le domaine de la nutrition clinique. Le vieillissement de la clientèle dans le réseau de la santé entraîne aussi une hausse des besoins dans ce domaine. Les CLSC ouvrent davantage de postes pour assurer le suivi nutritionnel des personnes âgées et des personnes qui ont subi des chirurgies d'un jour. Ces interventions permettent de diminuer le nombre de patients qui doivent retourner à l'hôpital en raison de rechutes ou de complications

La forte augmentation de la prévalence de l'obésité dans toutes les tranches d'âge, mais surtout chez les jeunes, est devenue récemment un sujet d'inquiétude majeur en matière de santé. Le rôle de l'obésité dans la croissance du nombre de cas de diabète, de maladies cardiaques et de bien d'autres pathologies est démontré depuis longtemps. Or, avec la baisse de l'activité physique, le mode d'alimentation représente la cause principale de l'augmentation de l'obésité dans la population. La sensibilisation de la population aux conséquences de l'obésité et les coûts élevés pour le secteur de la santé qu'elle occasionne favorisent l'embauche de membres de cette profession dans le secteur de la santé et leur ouvrent de nouvelles possibilités dans ceux de l'enseignement et de la restauration.

Cadre législatif de l'exercice de la profession

Dans le cadre d'une loi modifiant les champs de pratique des principales professions de la santé, les diététistes ont depuis 2003 un champ d'exercice mieux défini et se sont vus reconnaître l'exclusivité de certaines activités. Quoique positifs pour les diététistes et nutritionnistes, les effets de ces activités réservées sont de faible ampleur, car elles ne s'appliquent que dans une situation bien définie et qui ne concerne qu'une faible partie des activités réalisées par les membres de la profession, soit lorsqu'une ordonnance individuelle émise par un médecin indique que la nutrition constitue un facteur déterminant du traitement de la maladie.

Développement de la pratique privée

Le souci grandissant de la population envers une alimentation saine et le vieillissement de la population devrait favoriser le développement de la pratique privée des diététistes. Ce développement est toutefois freiné parce que les régimes d'assurances privées ne remboursent pas les services des diététistes. Ainsi, selon les données des recensements, cette pratique progresse peu et demeure très minoritaire dans cette profession.

Autres facteurs

Par ailleurs, les services des diététistes sont de plus en plus utilisés en matière de prévention. La pratique de la profession devrait donc s'élargir à long terme et toucher notamment l'intervention en garderie, à l'école, dans les cuisines communautaires, dans les soins à domicile et dans le secteur des communications. Comme mentionné auparavant, la sensibilisation de la population aux conséquences de l'obésité et les coûts élevés pour le secteur de la santé qu'elle occasionne ne pourront qu'accentuer cette tendance.

Compte tenu de l'ensemble de ces facteurs, le nombre de diététistes et nutritionnistes devrait augmenter fortement au cours des prochaines années.

Constat de votre conseiller en emploi

En début de carrière, il n’est pas rare de voir le diplômé en nutrition cumuler plus d’un emploi pour réussir à obtenir une pleine tâche. L’entrée sur le marché du travail est donc régulièrement faite à partir de contrats répétés dans les milieux de la santé.

Pour faciliter votre insertion professionnelle, profitez au maximum de vos expériences de stages en cours d’études. C’est le temps d’apprendre, mais aussi de bâtir votre réseau de contacts. Apprenez donc à connaître les intervenants du milieu et à garder des liens avec eux! Engagez-vous également pendant vos études dans les différents comités étudiants présents dans votre faculté. Vous y développerez des compétences recherchées par les employeurs : leadership, gestion de projet, gestion de budgets, communication, coopération, travail d’équipe, etc.

​Vicky Bellehumeur

Statistiques de placement

Selon l'enquête La Relance du ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, les diplômés du baccalauréat en nutrition de 2011 connaissaient la situation suivante en 2013 :

  • Personnes diplômées visées par l’enquête : 161
  • Taux de réponse de 67,7 %
  • En emploi : 80,7 %
  • À la recherche d’un emploi : 1,8 %
  • Aux études : 14,7 %
  • Personnes inactives : 2,8 %
  • Taux de chômage 2,2 %

L’emploi à temps plein et ses caractéristiques :

  • À temps plein : 65,9 %
  • Durée de recherche d’emploi : 5 semaines
  • Salaire hebdomadaire brut moyen : 860 $
  • L’emploi en rapport avec la formation : 79,3 %

Données salariales

Selon Repères, le salaire annuel d'un diététiste nutritionniste en date de 2013 (le salaire peut varier selon les milieux de travail) :

  • minimum moyen : 33 000 $ à 37 999 $
  • maximum moyen : 75 000 à 84 999 $

Selon l'enquête La Relance du ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, les diplômés du baccalauréat en nutrition de 2011 connaissaient la situation suivante en 2013 : un salaire hebdomadaire brut moyen de 964 $.

Selon Emploi Avenir, le revenu d'emploi annuel moyen (à temps plein et à l'année) pour un diététiste nutritionniste :

  • à temps plein et à l'année : 51,3 %
  • moyen : 48 610 $
  • 0 à 19 999 $ : 4,6 %
  • 20 000 $ à 49 999 $ : 47,7 %
  • 50 000 $ et plus : 47,7 %

Répartition de l’emploi selon la région

Régions Diététistes nutritionnistes
Abitibi-Témiscamingue 1,2 %
Bas-St-Laurent 3,7 %
Capitale-Nationale 10,5 %
Centre-du-Québec 3,0 %
Chaudière-Appalaches 5,4 %
Côte-Nord et Nord-du-Québec 1,6 %
Estrie 1,4 %
Gaspésie-îles-de-la-Madeleine 0,5 %
Lanaudière 5,6 %
Laurentides 6,5 %
Laval 5,6 %
Mauricie 1,6 %
Montérégie 16,8 %
Montréal 28,5 %
Outaouais 6,5 %
Saguenay-Lac-St-Jean 1,4 %

Source : Emploi Avenir

Critères d’admissibilité à la profession

Pour accéder à la profession et porter le titre de diététiste nutritionniste, il faut être membre de l'Ordre des diététistes du Québec. La participation à des activités de formation continue est essentielle dans cette profession.

Information complémentaire

Ordre professionnel des diététistes du Québec
http://opdq.org

Les diététistes du Canada
www.dietitians.ca

Association des nutritionnistes cliniciens du Québec
www.ancq.org

Association des nutritionnistes experts en dysphagie
www.apned.info/default.aspx?page=11&lang=fr-ca

Ministère de l'Agriculture, pêcherie et alimentation du Québec
www.mapaq.gouv.qc.ca/fr/Pages/Accueil.aspx

Santé Canada
www.hc-sc.gc.ca/index-fra.php

;