Au travail, ça roule? LGS YMCA Enterprise CGI Metro Agnico Eagle Optel Vision SFL Comité sectoriel de main-d'œuvre de l'industrie des mines Lafarge SNC Lavalin EMCO Groupe Touchette CMI STGenetics Systematix TD Sureté du Québec Revenu Québec Nurun Teraxion EXP Financière Liberté 55 Promutuel Techno Conseil Amis-Maux La Capitale Service de la sécurité des télécommunications SUCO Dialog Insight Forces armées canadiennes
Logo Université Laval Logo Université Laval

Analyse de marché en chimie

Mise à jour : juillet 2017

Présentation du programme

Le baccalauréat en chimie permet d'assimiler les concepts, les méthodes et les principes sur lesquels s'appuie la chimie. Par cette formation, les étudiants acquièrent les connaissances et les aptitudes nécessaires pour mener à bien des tâches d'analyse, de caractérisation et de synthèse en chimie. Le travail en laboratoire, la sécurité au travail et l'éthique professionnelle seront également au centre de cette formation. Ce programme vise à former un chimiste en vue d'une insertion immédiate sur le marché du travail ou la poursuite d'études supérieures. Un fois diplômé, le candidat pourra travailler dans différents domaines tels que l'environnement, les biotechnologies, l'énergie, la santé, la chimie pharmaceutique et le domaine judiciaire.

L'Université Laval offre 5 programmes de baccalauréat en chimie, dont certains sont uniques au Québec ou au Canada. Chacun comprend des cours théoriques et de laboratoire et est conforme aux exigences de l'Ordre des chimistes du Québec. 

  • Baccalauréat en chimie
  • Baccalauréat en chimie - biopharmaceutique
  • Baccalauréat en chimie - cosméceutique
  • Baccalauréat en chimie - environnement
  • Baccalaurét en chimie - matériaux

Source : Département de chimie

Champs d'expertise

  • Chimie organique
  • Chimie inorganique
  • Chimie théorique
  • Chimie minérale
  • Chimie physique et analytique
  • Agrochimie
  • Biochimie
  • Pétrochimie
  • Métallurgie
  • Criminalistique

Source : Repères

Titres de postes

  • Chimiste
  • Chimiste en contrôle de la qualité
  • Chercheur ou professionnel de recherche
  • Représentant scientifique
  • Professionnel scientifique
  • Conseiller en environnement
  • Enseignant 

Sources : offres reçues au SPLA, Faculté des sciences et de génie, Repères, Emploi-Avenir

Fonctions

Selon Repères (2017), un chimiste est une personne qui étudie la composition et la structure de la matière ainsi que ses propriétés. Elle met au point des procédés tels que la synthèse, l'identification et le dosage des produits chimiques et de leurs composés moléculaires en vue de solutionner différents problèmes liés à l'énergie, à l'environnement, à l'alimentation et à la santé.

Exemples de tâches

Chimiste (environnement, entreprise privée de traitement des eaux)

  • Doser une série de contaminants dans les eaux usées
  • Déterminer un mode de traitement adéquat et assurer le contrôle de la qualité du procédé de traitement de l'eau
  • Réaliser les opérations nécessaires au traitement (connexions des pompes, échantillonnage, analyses sommaires et ajout des produits nécessaires)
  • Diriger les activités de recherche et développement et rédiger les rapports connexes
  • Maintenir l'inventaire des produits utilisés pour les analyses chimiques et le traitement de l'eau
  • Répondre aux questions des clients en matière de traitement des eaux
  • Transmettre certains résultats aux autorités concernés

Chimiste en contrôle qualité (entreprise privée de produits de beauté)

  • Effectuer les analyses de contrôle à partir des échantillons prélevés en cours de production, en suivant des protocoles officiels
  • Utiliser de nombreux appareils de mesure (HPLC, GC, titreur) dont il assure la calibration, le réglage et l’entretien
  • S'impliquer dans les enquêtes et la rectification des non-conformités
  • Travailler en étroite collaboration avec les fournisseurs ainsi qu’avec les équipes de production
  • Participer à une multitude de projets d’amélioration continue en qualité, sécurité, environnement et productivité

Professionnel de recherche (Institut de recherche)

  • Réaliser des études scientifiques variées
  • Participer à l’élaboration et collaborer à la réalisation de projets de recherche et développement
  • Rendre compte des activités sous sa responsabilité
  • Guider et coordonner les activités d’une ou de plusieurs équipes de travail
  • Planifier, selon un processus d’amélioration continue, le développement et la validation de méthodes d’analyse dans son secteur

Scientifique en recherche et développement de produits diététiques  (entreprise privée d’alimentation)

  • Développer, formuler, concevoir et planifier des nouveaux produits et effectuer le suivi du produit fini
  • Évaluer la fonctionnalité de la matière première
  • Développer des produits selon les demandes spécifiques des clients
  • Évaluer et tester de nouveaux ingrédients et les valider
  • Travailler avec l’équipe de recherche et développement pour développer des produits rentables
  • Participer à l’établissement d’objectifs stratégiques à court et à long terme pour une gamme de produits
  • Gérer des projets en lien avec le développement d’aliments nutritionnels en collaboration avec des ressources internes et externes à l’organisation
  • Collaborer à la commercialisation d’un produit
  • Effectuer  une mise à jour hebdomadaire de la progression des projets en cours

Sources : Repères, offres reçues au SPLA

Exigences

  • Bon sens de l'organisation et bonne gestion des priorités
  • Autonomie et minutie
  • Bonne capacité de résolution de problèmes
  • Esprit d’analyse
  • Bonne communication
  • Maîtrise des méthodes de laboratoire les plus répandues
  • Maîtrise des normes de sécurité 
  • Être membre de l’Ordre des chimistes du Québec

La maîtrise et le doctorat sont de plus en plus exigés pour les emplois en chimie. On demande souvent la maîtrise en milieu pratique et le doctorat en milieu de recherche.

Sources : Repères, SPLA, Emploi Avenir

Employeurs

  • Centres de recherche et de développement scientifiques
  • Organismes gouvernementaux
  • Industrie des aliments et des boissons
  • Industrie des produits chimiques d'usage industriel
  • Industrie des produits pharmaceutiques et des médicaments
  • Industrie des produits raffinés du pétrole
  • Industrie du papier et des produits en papier
  • Industrie des produits en matière plastique
  • Laboratoires de produits de beauté
  • Services de laboratoire d'essai et d'analyse
  • Usines de réseaux d'aqueduc et systèmes d'irrigation
  • Usines d'épuration des eaux usées

Sources : Repères, Emploi-Avenir

Découvrez des entreprises qui recrutent à l'UL!

Cette section est réservée aux étudiants et aux diplômés.

Vous devez vous connecter :

S'inscrire Problèmes de connexion?

Secteurs d'emploi

Secteurs Chimistes
Fabrication 34,6 %
   - fabrication de produits chimiques 23,5 %
Services professionnels, scientifiques et techniques 28,0 %
   - autres services professionnels, scientifiques et techniques 22,2 %
   - architecture, génie et services connexes 5,0 %
Administration publique 9,7 %
Soins de santé et assistance sociale 9,5 %
Commerce de gros 6,7 %
Universités 6,0 %

Source : Emploi-Avenir

Perspectives d’emploi

Selon Repères (2015-2019) et Emploi-Avenir (2014-2018), les perspectives d’emploi en chimie sont acceptables pour l’ensemble du Québec.

Les domaines d'interventions des chimistes sont très variés : environnement, pharmaceutique, alimentation, chimie organique, biochimie clinique, etc. En plus, les interventions dans ces domaines peuvent être exercées dans des optiques bien différentes : analyses et protocoles d'analyses, recherche et développement, hygiène industrielle, urgences environnementales, assainissement des eaux, décontamination des sols, incendies, enquêtes judiciaires, examens cliniques, contrôle de la qualité, etc. Si les chimistes ont accès à des possibilités variées d'interventions, la mobilité est faible entre ces types d'interventions. En effet, un chimiste expérimenté dans une spécialité, par exemple en chimie organique, demeure en général associé à cette spécialité tout au long de sa carrière, même lorsqu'il change d'emploi.

Dans ce contexte, l'évolution de l'emploi dans cette profession peut dépendre d'une foule de facteurs, selon les domaines d'interventions. Cela dit, l'évolution de la législation, le niveau des dépenses gouvernementales, les innovations technologiques et les découvertes scientifiques sont parmi les facteurs qui influencent le plus l'emploi dans cette profession. À ces facteurs, s'ajoutent les perspectives de l'industrie de la fabrication de produits chimiques, industrie qui embauche environ 24 % des chimistes. 

Source : Emploi-Avenir

Constat de votre conseiller en emploi

Il est à noter qu’un certain nombre de finissants du baccalauréat en chimie vont poursuivre leurs études à la maîtrise ou dans un domaine connexe. En complément à votre formation, nous vous suggérons de vivre des expériences pratiques dans votre domaine professionnel tout au long de votre parcours académique. Que ce soit en milieu de recherche (projet au sein d’un laboratoire) ou en entreprise (stage, emploi d’été ou emploi à temps partiel pendant vos études). Une autre façon de se démarquer en tant que futur chimiste est de bien connaître son marché et de savoir réseauter. Participez aux différentes journées carrière, conférences, congrès et engagez-vous au sein de votre communauté universitaire (comités, associations étudiantes, etc.). Soyez proactif en découvrant les nombreuses possibilités qui s’offrent à vous. N’hésitez surtout pas à venir rencontrer, dès votre première année du baccalauréat, votre conseillère en emploi du SPLA!

Caroline Langelier, conseillère en emploi

Statistiques de placement

Selon l’enquête La Relance du ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, les diplômés du baccalauréat en chimie de 2013 connaissaient la situation suivante en janvier 2015 :

Personnes diplômées visées par l'enquête

Taux de réponse

En emploi

À la recherche d'un emploi

Aux études

Personnes Inactives

Taux de chômage

L'emploi à temps plein et ses caractéristiques

Les études en rapport avec la formation

À temps plein

Durée de recherche

Salaire hebd. brut moyen

En rapport avec la formation

N

%

%

%

%

%

%

%

semaines

$

%

%

163

64,4

36,2

3,8

60,0

0,0

9,5

94,7

16

875

66,7

87,3

Selon l’enquête La Relance du ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, les diplômés de la maîtrise en chimie de 2013 connaissaient la situation suivante en janvier 2015 :

Personnes diplômées visées par l'enquête

Taux de réponse

En emploi

À la recherche d'un emploi

Aux études

Personnes Inactives

Taux de chômage

L'emploi à temps plein et ses caractéristiques

Les études en rapport avec la formation

À temps plein

Durée de recherche

Salaire hebd. brut moyen

En rapport avec la formation

N

%

%

%

%

%

%

%

semaines

$

%

%

47

59,6

53,6

0,0

39,3

7,1

0,0

80,0

6

913

66,7

81,8

Selon l’enquête La Relance du ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, les diplômés d’un doctorat en chimie de 2010 connaissaient la situation suivante en 2012 :

Situation en janvier

Personnes diplômées visées par l'enquête

En emploi

Stagiaires post-doctoraux

À la recherche d'un emploi

Aux études

Personnes Inactives

Taux de chômage

L'emploi à temps plein et ses caractéristiques

À temps plein

Salaire hebd. brut moyen semaines

En rapport avec la formation

année

N

%

%

%

%

%

%

%

$

%

2012

34

76,5

5,9

5,9

11,8

0,0

7,1

84,6

959

81,8

Données salariales

Selon Repères (2015), le salaire minimum annuel moyen des chimistes se situait entre 43 000 $ et 47 999 $ tandis que le salaire maximum moyen se situait entre 85 000 $ et 99 999 $ en 2015. Le salaire minimum moyen correspond habituellement au salaire brut obtenu en début de carrière (candidat avec peu d’expérience) et le salaire maximum moyen correspond davantage au salaire brut obtenu en fin de carrière (candidat avec expérience). Selon Emploi-Avenir (2012), les chimistes ont une moyenne salariale de 68 600 $ par année, comparativement à 50 300 $ pour l’ensemble des professions. 

Sources : Repères, Emploi-Avenir

Répartition de l’emploi selon la région

Répartition de l'emploi selon la région

Chimistes

Abitibi-Témiscamingue

0,7 %

Bas-St-Laurent

0,7 %

Capitale-Nationale

8,6 %

Centre-du-Québec

1,1 %

Chaudière-Appalaches

3,3 %

Côte-Nord et Nord-du-Québec

0,3 %

Estrie

2,5 %

Gaspésie-îles-de-la-Madeleine

0,0 %

Lanaudière

3,6 %

Laurentides

4,8 %

Laval

7,6 %

Mauricie

1,7 %

Montérégie

22,7 %

Montréal

37,6 %

Outaouais

2,0 %

Saguenay-Lac-St-Jean

2,8 %

Source : Emploi-Avenir

Critères d’admissibilité à la profession

Ce diplôme donne accès à l’Ordre des chimistes du Québec.

Information complémentaire

Ordre des chimistes du Québec
http://ocq.qc.ca/

Comité sectoriel de main-d'oeuvre de la chimie, de la pétrochimie et du raffinage (Coeffiscience)
https://www.coeffiscience.ca/

Institut de chimie du Canada
http://www.cheminst.ca/

Comité sectoriel de main-d'oeuvre de l'environnement (EnviroCompétences)
http://www.envirocompetences.org/