EMCO SUCO Amis Maux Ticketmaster Genetec Vigi Santé EBI Électrique
Logo Université Laval Logo Université Laval

Analyse de marché en mathématiques et statistique

Mise à jour : janvier 2016

Présentation du programme

Le baccalauréat en mathématiques offre une formation couvrant l'ensemble des domaines mathématiques. Les disciplines abordées concernent l'algèbre jusqu'à l'informatique en passant par l'analyse, la géométrie, les mathématiques discrètes, les mathématiques numériques, de même que les probabilités et la statistique et fournissent donc une base solide et étendue en mathématiques. Il y a également possibilité d'approfondir les mathématiques pures, les mathématiques appliquées ou encore amorcer l'étude d'un domaine d'application comme l'économique.

Le baccalauréat en statistique vise à former des spécialistes de la modélisation mathématique, de la planification, ainsi que de la collecte et de l'analyse de données. Les cours offerts permettent d'acquérir des connaissances fondamentales en probabilité et en statistique, de se familiariser avec les méthodes et d'apprendre à utiliser l'expertise développée dans différents domaines. Le programme assure une solide formation fondamentale qui porte notamment sur les mathématiques et l'informatique. Dans le domaine de la statistique plus précisément, les principaux modèles, méthodes et techniques utilisés dans les nombreux champs d'application de l'analyse statistique sont abordés. Les probabilités, la régression, l'analyse de la variance et l'échantillonnage sont approfondis. Le programme vise à développer l'esprit d'analyse, à susciter la curiosité et à rendre les étudiants aptes à bien formuler et présenter un avis professionnel.

Source : site de la Faculté des sciences et de génie de l'Université Laval

Champs d'expertise

Mathématiques 

  • Optimisation
  • Théorie des graphes
  • Géométrie différentielle
  • Équations aux dérivées partielles
  • Algèbre linéaire
  • Probabilités
  • Théorie de l'approximation
  • Analyse d'algorithmes

Source : B. Martin, programmeur analyste

Statistique

  • Analyse de données
  • Analyses quantitatives/statistiques, segmentation, exploration de données (data mining), simulations, modélisations, recherches, etc.
  • Programmation SAS (applications en pharmaceutique, en marketing/CRM, finance quantitative, actuariat, etc.)

Source : Techno5

Titres de postes

  • Analyste en statistique
  • Analyste de données
  • Biométricien
  • Biostatisticien
  • Consultant
  • Cryptoanalyste
  • Cryptographe
  • Démographe
  • Enseignant
  • Épidémiologiste
  • Mathématicien
  • Scientifique de données
  • Statisticien
  • Statisticien-mathématicien
  • Statisticien-méthodologiste
  • Surveillant des analyses statistiques

Sources : Emploi-Avenir, IMT en ligne et Faculté des sciences et de génie de l'Université Laval

Fonctions

Mathématicien

Selon Repères (2015), un mathématicien est une personne qui fait de la recherche fondamentale ou appliquée en mathématiques en vue d'assurer l'avancement des connaissances dans cette discipline, de développer et d'améliorer des techniques mathématiques et de trouver de nouvelles applications à des théories existantes.

  • Effectuer des recherches en mathématiques pour améliorer et développer les théories, les méthodes et les outils mathématiques
  • Étudier les théories de base de l'algèbre, de la géométrie, de l'analyse numérique, de la théorie des nombres, de la logique, du calcul différentiel et intégral, de l'analyse et des autres branches des mathématiques
  • Vérifier les hypothèses et les théories existantes ou nouvelles
  • Modéliser les phénomènes physiques afin de les rendre accessibles à une étude par des outils mathématiques ou du calcul numérique
  • Utiliser les outils mathématiques dans le contexte de projets dans d'autres disciplines
  • Appliquer les théories et les techniques mathématiques pour résoudre des problèmes de génie civil, d'organisation industrielle, d'informatique ou des problèmes en matière de recherche, de développement, de production ou de logistique
  • Appliquer les théories et les techniques mathématiques à l'électronique, à l'énergie nucléaire, à la biologie, à l'économie, à la météorologie, à la finance, etc.
  • Programmer les ordinateurs et conseiller les usagers sur la façon de concevoir les algorithmes de calcul ou de traitement de l'information pour résoudre les problèmes
  • Effectuer des recherches à l'aide d'ordinateurs et de logiciels de calcul
  • Enseigner les mathématiques de niveau universitaire
  • Remplir le rôle de conseiller du personnel de recherche dans diverses spécialités
  • Offrir des services à titre d'expert-conseil
  • Rédiger des rapports de recherche ou des articles de périodes scientifiques

Statisticien

Selon Repères (2015), un statisticien est une personne qui effectue des recherches théoriques, élabore ou adapte des modèles et des méthodes statistiques ou les applique à l'analyse et à l'interprétation de différents types de données afin de résoudre des problèmes ou d'aider à la prise de décision dans plusieurs domaines.

  • Collaborer à la définition d'une problématique, à la mise en oeuvre des objectifs d'une étude et à l'élaboration d'un protocole d'expérimentation
  • Choisir les modèles mathématiques ou probabilistes et les méthodes statistiques à utiliser afin de répondre aux objectifs des analyses
  • Préparer des enquêtes statistiques et participer à la rédaction de questionnaires d'enquête
  • Déterminer le nombre et le type d'observations nécessaires pour répondre aux objectifs de l'analyse avec un niveau de certitude raisonnable
  • Superviser la collecte de données en assurant, au besoin, la formation du personnel
  • Évaluer des données, en déterminer l'exactitude, en faire des tableaux, les analyser et les interpréter
  • Diriger ou effectuer du travail de calcul et de représentations graphiques à l'aide de logiciels
  • Rédiger des rapports pour faire connaître les sources de données et indiquer le degré d'exactitude de statistiques ainsi que les limites de leur utilisation
  • Participer à la formulation de recommandations
  • Faire des recherches pour trouver de nouvelles méthodes, plus perfectionnées, permettant de rassembler et d'interpréter des données numériques
  • Adapter des méthodes statistiques existantes afin de les rendre applicables à de nouveaux contextes ou à différents types de données
  • Participer à l'entretien de bases de données en s'assurant de la fiabilité des sources
  • Concevoir des questionnaires
  • Élaborer des plans d'échantillonnage
  • Valider les observations et leur saisie
  • Analyser les données à l'aide de modèles mathématiques en tenant compte de la variation expérimentale
  • Interpréter des résultats
  • Faire de la prévision
  • Aider à la prise de décision informée en contexte d'incertitude
  • Effectuer des recherches sur les bases mathématiques de la science statistique
  • Mettre au point une méthodologie statistique et donner des conseils sur les applications pratiques des méthodes statistiques
  • Appliquer une théorie et des méthodes statistiques pour donner des renseignements dans un champ d'activité comme la biologie, l'agriculture, le commerce, l'économie, les sciences physiques, l'ingénierie, les sciences sociales, etc.

Sources : Christian Genest, Département de mathématiques et de statistique de l'Université Laval, IMT en ligne et Repères

Exigences

Mathématiques

  • Aimer apprendre et analyser des notions
  • Aimer les symboles et les abstractions
  • Se passionner pour la résolution de problèmes
  • Aimer vulgariser, transmettre de l'information et enseigner
  • Posséder un esprit analytique et logique
  • Maîtriser les opérations et les abstractions mathématiques
  • Être débrouillard, persévérant et minutieux
  • Être polyvalent et avoir des aptitudes pour la communication et le travail en équipe
  • Faire preuve de curiosité
  • Être créatif

Statistique

  • Aimer le travail concret et méthodique
  • Se passionner pour les mathématiques, les chiffres et le calcul
  • Aimer travailler minutieusement
  • Aimer résoudre des problèmes
  • Aimer appliquer la modélisation mathématique à des problèmes concrets
  • Aimer travailler à l'ordinateur
  • Posséder des aptitudes pour la communication et le travail d'équipe
  • Aimer la recherche
  • Faire preuve de polyvalence
  • Faire preuve de curiosité
  • Être créatif

Des études de deuxième cycle peuvent être nécessaires pour certains emplois (ex.: analyste, biostatisticien). Pour les postes en recherche, le doctorat est exigé.

Source : Département de mathématiques et de statistique de l'Université Laval

Employeurs

Mathématiques

  • Centres de recherche et de développement scientifiques
  • Établissements d'enseignement universitaire
  • Gouvernement fédéral
  • Gouvernement provincial
  • Institutions financières
  • Service-conseil en gestion financière
  • Sociétés d'investissement

Source : Repères

Statistique

  • Fonction publique du Canada (ex.: Statistique Canada)
  • Fonction publique du Québec (notamment le ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles et le ministère des Transports, ainsi que l'Institut de la statistique du Québec et le Conseil supérieur de l'éducation)
  • Industrie des jeux et du hasard (ex.: Loto Québec, Spielo Games)
  • Centres de recherche (ex.: en milieu hospitalier, INRS)
  • Entreprises privées (ex.: en technologie industrielle, en télécommunication (Fido, Bell, Vidéotron), etc.)
  • Équipes sportives professionnelles
  • Partis politiques
  • Compagnies d'assurance
  • Compagnies pharmaceutiques et de recherche clinique (ex.: InVentiv Health, Quintiles Canada)
  • Firmes de sondage (ex. : SOM)
  • Institutions financières (ex.: Fédération des caisses Desjardins du Québec, VISA, etc.)
  • Établissements d'enseignement postsecondaire

Sources : Christian Genest, Département de mathématiques et de statistique de l'Université Laval, Repères

Découvrez des entreprises qui recrutent à l'UL!

Cette section est réservée aux étudiants et aux diplômés.

Vous devez vous connecter :

S'inscrire Problèmes de connexion?

Perspectives d’emploi

Selon Emploi-Québec, les perspectives d'emploi pour les mathématiciens et les statisticiens sont favorables pour l'ensemble du Québec de 2013 à 2017. Selon Emploi-Avenir (2012), les perspectives d'emploi en statistique sont bonnes,  mais sont à peine acceptables en mathématiques.

Mathématiques

Il est important de différencier les « mathématiciens » des diplômés de la formation universitaire en mathématiques. Les mathématiciens sont peu nombreux. Ils travaillent surtout dans l'administration publique, dans des centres de recherche et dans les universités. Pour accéder à ces postes, il faut souvent être titulaire d'un doctorat en mathématiques.

Selon les données de l'enquête La Relance du ministère de l'Éducation, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, de 30 à 50 % des diplômés du baccalauréat et de la maîtrise de la formation universitaire en mathématiques poursuivent leurs études près de deux ans après avoir obtenu leur diplôme. Environ la moitié de ceux qui se dirigent sur le marché du travail occupent des postes d'actuaires et environ 30 % des postes d'enseignants. Les autres travaillent dans une gamme variée de professions. Ces données confirment que les mathématiciens sont peu nombreux et que le baccalauréat et la maîtrise ne suffisent pas pour accéder à des postes dans cette spécialité.

Statistique

L'évolution de l'emploi dans cette spécialité dépend de la demande de produits statistiques. Au cours des dernières années, cette demande a augmenté surtout du côté des organismes publics et parapublics (Statistique Canada, Institut de la statistique du Québec, secteurs de la santé et de l'enseignement, etc.) et, dans une moindre mesure, du côté des services de sondages d'opinion publique et des centres de recherche privés. Tous les domaines d'activités en lien avec la recherche et la planification des ressources sont avides de données précises, d'analyse et d'interprétation de ces données. Notons, entre autres, la biologie, la médecine, la politique, le transport, l'éducation, la production manufacturière et la recherche clinique. Cette tendance devrait se maintenir au cours des prochaines années, sauf peut-être du côté des organismes publics et parapublics en raison de possibles compressions budgétaires.

Malgré cette forte demande et le bon taux de croissance de l'emploi qui s'ensuit, le volume d'emploi demeure assez limité. En effet, les statisticiens travaillent essentiellement à la planification de la collecte des observations et à l'analyse, à la présentation et à l'évaluation de la validité des résultats, activités qui exigent beaucoup moins de main-d'oeuvre que la collecte de données.

Le nombre de diplômés du baccalauréat et de la maîtrise en probabilités et statistiques demeure bien modeste en dépit de la forte demande de produits statistiques (environ 35 en moyenne de 1999 à 2009), selon les données du ministère de l'Éducation. Leur situation sur le marché du travail varie considérablement d'une année à l'autre, celle des diplômés de la maîtrise étant nettement meilleure que celle des bacheliers.

Les changements technologiques semblent entraîner davantage d'effets positifs que négatifs pour l'emploi dans cette spécialité. Si la technologie permet de traiter les données beaucoup plus rapidement, elle entraîne par contre la multiplication des possibilités d'analyse. Comme les statisticiens interviennent peu à l'étape du traitement comme tel des données, ils ne subissent pas vraiment d'effets négatifs à cet égard. Au contraire, des enquêtes et recherches auparavant trop coûteuses ou impossibles à réaliser en raison de contraintes techniques deviennent maintenant accessibles. En plus, les résultats peuvent être présentés, analysés et interprétés avec beaucoup plus de raffinement, en croisant par exemple des données selon des critères retenues, et ce, de façon presque instantanée.

Sources : Emploi-Avenir, IMT en ligne

Constat de votre conseiller en emploi

Mathématiques

La formation en mathématiques n'est pas nécessaire pour exercer une profession particulière. En effet, les professionnels des domaines de l'informatique, physique et électrique pourraient faire un travail similaire. Bien que les mathématiques représentent la base de toutes les sciences, l'idéal est de combiner cette formation à une autre plus appliquée comme l'informatique pour élargir son champ de compétences. Ainsi, il peut être intéressant d'intégrer des cours de programmation en C++, sur les algorithmes, les systèmes intelligents et l'infographie. L'Université Laval offre un certificat en informatique avec la possibilité de faire un stage, ce qui peut grandement faciliter l'insertion sur le marché du travail des diplômés en informatique.

Statistique

Il y a actuellement beaucoup d'emplois dans le secteur de l'analyse de données. Effectivement, un grand nombre de compagnies québécoises cherchent à embaucher des scientifiques des données. Consultez la liste des employeurs de la présente analyse de marché.

Statistiques de placement

Selon l'enquête La Relance du ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, les diplômés du baccalauréat en mathématiques et en statistique de 2011 connaissaient la situation suivante en janvier 2013 :

Domaine d'études et discipline Personnes diplômées visées par l'enquête Taux de réponse En emploi À la recherche d'un emploi Aux études Personnes inactives Taux de chômage L'emploi à temps plein et ses caractéristiques Les études en rapport avec la formation
À temps plein Durée de la recherche  Salaire hebdo brut moyen En rapport avec la formation
Mathématiques 175 65,7 % 50,4 % 5,2 % 41,7 % 2,6 % 9,4 % 91,4 % 8 semaines 972 $ 79,2 % 83,3 %
Probabilités et statistiques 14 64,3 % 66,7 % 0,0 % 33,3 % 0,0 % 0,0 % 100 % 2 semaine 766 $ 100 % 100 %

D'après M. Christian Genest du Département de mathématiques et statistique de l'Université Laval, le taux de placement est excellent pour les diplômés en statistique.

Données salariales

De manière générale, les professionnels en mathématiques, statistique et les actuaires travaillent en majorité à temps plein et gagnent un revenu supérieur à l'ensemble des professions. La plupart reçoivent un salaire de 50 000 $ et plus. Selon Reprères (2013), le salaire annuel minimum se situe entre 43 000 $ et 47 999 $, tandis que le salaire annuel maximum se situe entre 125 000 $ et 400 000 $ pour les mathématiciens et les statisticiens.

Répartition de l’emploi selon la région

Répartition de l'emploi selon la région Actuaires, mathématiciens et statisticiens
Abitibi-Témiscamingue 0,0 %
Bas-St-Laurent 0,0 %
Capitale-Nationale 22,1 %
Centre-du-Québec 0,6 %
Chaudière-Appalaches 4,6 %
Côte-Nord et Nord-du-Québec 0,0 %
Estrie 1,5 %
Gaspésie--Îles-de-la-Madeleine 0,0 %
Lanaudière 1,1 %
Laurentides 1,8 %
Laval 3,3 %
Mauricie 0,0 %
Montérégie 18,2 %
Montréal 34,6 %
Outaouais 12,3 %
Saguenay--Lac-St-Jean 0,0 %

Source : Emploi-Avenir 

Information complémentaire

Site spécialisé en mathématique

Société mathématique du Canada
http://cms.math.ca/.f

Sites spécialisés en statistique

Association des statisticiennes et statisticiens du Québec
http://www.association-assq.qc.ca/

Institut de la statistique du Québec
http://www.stat.gouv.qc.ca/

Société statistique du Canada
http://www.ssc.ca/fr/quoi-de-neuf

Société statistique de Montréal
http://www.dms.umontreal.ca

Statistique Canada
http://www.statcan.ca