Logo Université Laval Logo Université Laval

Portrait du marché en médecine dentaire

Mise à jour : novembre 2020

Présentation du programme

Le doctorat de premier cycle en médecine dentaire (DMD) prépare à la profession de dentiste. Vous serez formé afin de répondre aux besoins de la population en matière de santé buccodentaire. De la prévention jusqu'au traitement des maladies dentaires, vous apprendrez à poser un diagnostic, à planifier des traitements, à émettre un pronostic et à traiter des cas divers en plus d'acquérir des compétences relationnelles avec les patients et les autres intervenants du domaine dentaire. Vous serez aussi initié à la gestion d'un cabinet dentaire et aux responsabilités professionnelles, légales et éthiques du dentiste.

La profession de dentiste s'articule autour d'une solide formation universitaire de 4 années, le programme de doctorat de premier cycle en médecine dentaire (DMD) visant à former des professionnels de la santé buccodentaire. Grâce à la diversité des cours du programme, vous développerez vos connaissances sur la physiologie, la prévention, le dépistage, le diagnostic et le traitement des déficiences et des anomalies de la bouche, des dents, des maxillaires et des tissus avoisinants.

Sources : Université Laval et Faculté de médecine dentaire

Titres de postes

  • Dentiste
  • Dentiste généraliste
  • Spécialiste en médecine buccale
  • Chargé de contenus dentaires
  • Dentiste-conseil
  • Enseignant à l'université
  • Enseignant au cégep

Titres de spécialistes

  • Endodontiste
  • Chirurgien buccal et maxillo-facial
  • Pathologiste stomatologue
  • Radiologiste stomatologue
  • Orthodontiste
  • Dentiste pédiatrique
  • Parodontiste
  • Prosthodontiste
  • Dentiste en hygiène publique

Sources : offres d'emploi reçues au SPLA, Emploi Québec, site du gouvernement du Canada

Fonctions

  • Effectuer les examens, les tests, les analyses et les radiographies nécessaires
  • Traiter et prévenir les maladies des dents et de la bouche
  • Effectuer des interventions chirurgicales et tous les actes liés à la profession
  • S'occuper médicalement des dents, des gencives et des maxillaires
  • Administrer des anesthésiques et rédiger des ordonnances d'antibiotiques ou d'autres médicaments
  • Veiller à l'esthétique du sourire
  • Faire le suivi de l'état de santé des patients pour pouvoir observer les améliorations et s'assurer de leur rétablissement
  • Sensibiliser et éduquer la clientèle sur les bienfaits d'une santé buccale saine
  • Être à l'écoute de sa clientèle et proposer divers plans de traitement en fonction de la condition buccale du patient
  • Superviser les hygiénistes dentaires, les assistants dentaires et les autres employés

Les dentistes peuvent se spécialiser dans les domaines comme l'orthodontie, la chirurgie buccale et maxillo-faciale, la parodontie, la prosthodontie, la dentisterie pédiatrique, l'endodontie, la médecine buccale, la santé dentaire communautaire, la pathologie buccale et maxillo-faciale, la radiologie buccale et maxillo-faciale et la gérodontologie.

Sources : offres d'emploi reçues au SPLA et Emploi Québec

Exigences

  • Utilisation des instruments et du matériel spécialisés
  • Habileté avec les nouvelles technologies
  • Capacité à travailler en équipe et à collaborer
  • Flexibilité
  • Esprit social développé, facilité à travailler avec les gens
  • Aisance avec les enfants
  • Facilité à communiquer à l’oral et à l’écrit
  • Entregent
  • Motivation
  • Sens de l'organisation et de la planification
  • Aisance à communiquer
  • Bonne capacité de communication
  • Capacité de mobilisation et de leadership
  • Jugement
  • Facilité à travailler en équipe interdisciplinaire
  • Habileté manuelle
  • Gestion des affaires
  • Enseignement et formation
  • Connaissance de l’anglais (un atout)

Pour acquérir ou parfaire une compétence recherchée par les employeurs, consultez le site de la Formation continue de l'Université Laval. En inscrivant une compétence, vous obtiendrez la liste de toutes les formations associées, par exemple : gestion de projet, communication, etc.

Sources : Offres d'emploi reçues au SPLA, Repères et Guichet emplois

Conditions de travail

La grande majorité des dentistes exercent en cabinet privé. Ils déterminent donc eux-mêmes leurs conditions et leurs heures de travail. Les dentistes travaillent généralement de jour, mais peuvent également travailler le soir ou la fin de semaine. Une étude réalisée par l'Ordre des dentistes du Québec en 2006 a révélé que les dentistes travaillent en moyenne 36,1 heures par semaine, dont 31,5 heures aux soins directs aux patients. La majorité des dentistes, soit 83 %, exercent leur profession dans un seul lieu de travail, alors que 14 % exercent dans deux lieux de travail et près de 3 % dans trois lieux. Ils travaillent également en étroite collaboration avec les hygiénistes dentaires.

Nous observons une hausse de l'affichage de postes permanents, à temps complet dans une même clinique, dans les régions du Québec. Cependant, si vous choisissez de pratiquer en ville, vous pouvez être amené à devoir travailler dans plusieurs cliniques distinctes pour compléter vos heures. Cela semble se stabiliser après quelques années de pratique.

Sources : offres d'emploi reçues au SPLA, Repères, Ordre des dentistes du Québec

Employeurs

  • Cabinets de dentistes
  • Travailleurs autonomes
  • Établissements de santé (hôpitaux, CHSLD, centres d'accueil et d'hébergement pour personnes âgées, etc.)
  • Organismes internationaux (Croix-Rouge, Dentistes sans frontières, etc.)
  • Forces canadiennes
  • Établissements universitaires et collégiaux

Sources : offres d'emploi reçues au SPLA, Repères, le site du gouvernement du Canada, site du gouvernement du Québec

Découvrez des entreprises qui recrutent à l'UL!

Cette section est réservée aux étudiants et aux diplômés.

Vous devez vous connecter :

S'inscrire Problèmes de connexion?

Perspectives d’emploi

Selon Emploi Avenir, au cours des dernières années, le nombre de dentistes a augmenté de façon notable. Cette augmentation s'explique principalement par la hausse de la demande des services offerts par les dentistes ainsi que par la croissance du bassin de main-d'oeuvre. Même si la demande des services offerts par les dentistes devrait augmenter un peu moins rapidement que par le passé, le nombre de nouveaux arrivants dans cette profession continuera à surpasser nettement le nombre de retraites et de décès. En conséquence, on prévoit que le nombre de dentistes continuera à augmenter de façon notable au cours des prochaines années.

Selon le gouvernement du Canada, ce groupe professionnel devrait être confronté à une situation de pénurie de main-d'oeuvre au cours de la période 2019-2028 au niveau national. L'importance de l'écart entre les projections du nombre total de chercheurs d'emploi et celui d'ouvertures d'emploi au cours de la période de projection (2018-2028) est analysée conjointement avec l'évaluation des conditions récentes sur le marché du travail. Pour les dentistes, au cours de la période 2019-2028, les projections montrent un total de 12 200 nouvelles possibilités d'emploi (provenant de la demande d'expansion et de remplacement) et de 7000 chercheurs d'emploi (provenant des sortants scolaires, de l'immigration et de la mobilité). Bien que ce groupe professionnel ait fait face à un marché du travail en équilibre lors des dernières années, le nombre projeté d'ouvertures d'emploi devrait être substantiellement plus grand que celui de chercheurs d'emploi, ce qui entraînera un situation de pénurie de main-d'oeuvre au cours de la période 2019-2028. Les ouvertures d'emploi résulteront principalement des départs à la retraite.

Notons toutefois qu'un certain nombre de dentistes se dirigent vers l'enseignement universitaire. Règle générale, les diplômés universitaires intègrent cette profession peu après l'obtention de leur diplôme et y demeurent tout au long de leur carrière.

Sources : Emploi Québec et le site du gouvernement du Canada

Constats de votre conseiller en emploi

L'affichage des postes est plutôt rare depuis quelques années, mais nous travaillons activement à développer les réflexes des dentistes à utiliser notre plateforme pour promouvoir leurs offres d'emploi. Il est donc pertinent pour vous de les consulter régulièrement.

Il est fréquent que le réseautage se fasse en cours d'études et que les postes soient pourvus sans avoir été affichés. Il est donc souhaitable que les finissants tissent des liens avec des dentistes pour obtenir un poste en participant à des activités organisées par l'AEMDUL, par la Faculté de médecine dentaire et par les différents représentants dentaires.

Au sujet des représentants, il est important de savoir que chaque clinique a son représentant. En ayant beaucoup de clients, ces derniers savent où chercher et connaissent les possibilités d'emploi rapidement. Ainsi, le recrutement se fait principalement de bouche à oreille, avec des contacts et des représentants.

Camille Roy, conseillère en emploi

Statistiques de placement

Selon l'enquête La Relance du ministère de l'Enseignement supérieur, les diplômés du doctorat en médecine dentaire de 2017 connaissaient la situation suivante en 2019 :

  • Personnes diplômées visées par l'enquête : 165
  • Taux de réponse : 60,6 %
  • Âge moyen des personnes diplômées : 26 ans
  • En emploi : 92,0 %
  • À la recherche d'un emploi : 0 %
  • Aux études : 7,0 %
  • Personnes inactives : 1,0 %
  • Taux de chômage : 0 %

L'emploi à temps plein et ses caractéristiques :

  • À temps plein : 82,6 %
  • À temps partiel : 17,4 %
  • Emploi salarié permanent : 88,2 %
  • Salaire horaire moyen : 81,90 $
  • Satisfaction de l'emploi : 76,5 %
  • L'emploi en rapport avec la formation : 100 %
  • Taux de chômage : 0,0 %

Données salariales

  • Salaire - gouvernement du Québec en 2013 : de 101 031 à 117 115 $
  • Salaire - gouvernement du Canada en 2019 (par année) :
         - 29 334 $ (bas)
         - 121 027 $ (médian)
         - 243 253 $ (haut)

En 2016, la profession de dentiste était au 2e rang sur 10 avec la moyenne la plus élevée du salaire horaire versé aux employés à temps plein avec un salaire horaire moyen de 72 $ par heure.

Source : Statistiques Canada et sites gouvernementaux

Critères d’admissibilité à la profession

Au Québec, la profession de dentiste est une profession d'exercice exclusif. Toute personne doit donc détenir un permis de l'Ordre des dentistes du Québec (ODQ) et être inscrite au tableau de l'Ordre pour exercer la profession dans la province. Ainsi, tout étudiant diplômé de l'une des trois facultés de médecine dentaire du Québec doit passer l'examen de l'Ordre des dentistes du Québec (ODQ) pour obtenir le permis d'exercice de la profession de dentiste au Québec et ailleurs au Canada. L'ODQ remplit ainsi son mandat de protection du public en s'assurant que les candidats à l'exercice de la profession de dentistes sont aptes à exercer la profession de façon autonome. L'examen est administré par le Bureau national d'examen dentaire du Canada (BNED). À noter qu'il n'est pas nécessaire d'être résident permanent ou citoyen canadien pour obtenir un permis. Le permis est un document officiel signé par le président et le secrétaire de l'ODQ attestant que la personne a satisfait aux conditions.

Résumé des critères :

Source : Ordre des dentistes du Québec et site du gouvernement du Canada