Logo Université Laval Logo Université Laval

Portrait du marché en biologie

Mise à jour : juillet 2020

Présentation du programme

Le baccalauréat en biologie vise à développer les aptitudes nécessaires pour comprendre les aspects d'un problème de nature biologique et leurs interrelations. Durant ses études, l'étudiant développe les compétences permettant de réaliser chacune des étapes de la recherche fondamentale ou appliquée en biologie. Il apprend ainsi à exécuter les tâches de mesure, d'échantillonnage, d'expérimentation et d'intervention que ce domaine exige. Au terme de ce programme, l'étudiant sera à même de formuler et de présenter des avis scientifiques ou professionnels sur des sujets touchant la biologie.

Le programme est offert avec ou sans concentration. L'étudiant peut choisir, s'il le désire, l'une des six concentrations ci-dessous :

  • biologie et écologie végétales
  • biologie cellulaire et moléculaire
  • conservation et environnement
  • écologie animale
  • écologie marine et des eaux douces
  • physiologie animale

Source : Faculté des sciences et de génie

Champs d'expertise

Domaine de la santé humaine

  • biologie moléculaire, biologie cellulaire, biologie médicale, génétique, santé environnementale, biotechnologie, toxicologie, microbiologie, immunologie, biochimie, etc.

Domaine de la gestion des ressources naturelles

  • biologie forestière, écologie des populations, pêches maritimes, forêts, chasse et pêche sportives, gestion intégrée, écologie comportementale, écologie marine et des eaux douces, limnologie, écologie végétale, etc.

Domaine de la conservation des espèces et des habitats

  • biologie de la conservation, espèces menacées, taxonomie, botanique, herpétologie, entomologie, ornithologie, mammalogie, évolution, biodiversité, etc

Domaine de la formation et de l’éducation

  • vulgarisation scientifique, journalisme scientifique, enseignement, etc.

Domaine de la recherche scientifique

  • génie biotechnologique, biologie marine, océanographie, zoologie, physiologie animale, physiologie végétale, etc.

Domaine des évaluations environnementales

  • inventaire et caractérisation des milieux, physiologie et biochimie environnementales, études d’impact, gestion de l’eau, gestion de l’énergie, gestion des déchets, etc.

Domaine de la certification

  • analyse et rédaction de rapports, géomatique, biologie de la conservation, droit des biotechnologies, achats responsables, etc.

Source : Association des biologistes du Québec

Titres de postes

  • Biologiste
  • Botaniste
  • Bactériologiste
  • Écologiste
  • Écotoxicologue
  • Guide-interprète de la nature
  • Immunologiste
  • Naturaliste
  • Physiologiste
  • Virologiste
  • Zoologiste
  • Assistant / auxiliaire / professionnel de recherche / chercheur
  • Spécialiste en sciences biologiques
  • Spécialiste en contrôle de la qualité (industrie pharmaceutique)
  • Spécialiste, responsable de la conservation
  • Analyste en laboratoire
  • Technicien en laboratoire, à l'inspection
  • Conseiller en environnement
  • Chargé de projet
  • Agent de développement
  • Agent de sensibilisation en environnement
  • Enseignant / chargé de cours

Sources : SPLA, Repères, IMT en ligne, le site du gouvernement du Canada

Fonctions

L'exercice de la biologie consiste à effectuer une activité à caractère scientifique d'observation, d'identification, d'interprétation, d'analyse, d'utilisation et d'évaluation des organismes vivants (incluant leurs composantes moléculaires, cellulaires et physiologiques), ainsi que leurs relations avec le milieu.

Dans le cadre de l'exercice de la biologie, les activités effectuées par les biologistes peuvent être les suivantes, selon leurs spécialités :

1. La conception, le développement et la détermination de toute instruction, norme et documentation afférente à la qualité biologique, microbiologique et toxicologique de tissus, de l'eau, du sol et de l'air.

2. Les analyses génétiques, génomiques, biologiques, microbiologiques, histologiques, cytologiques, immunologiques et toxicologiques des tissus, ainsi que les analyses microbiologiques et toxicologiques de l'eau, des sols et de l'air.

3. La conception, le développement, la détermination et l'analyse de processus biologiques et la réalisation de toute activité pour les phases pré-analytique, analytique et post-analytique.

4. Le contrôle et la certification de toute exigence spécifiée en matière de méthodes d'analyses biologique, microbiologique et toxicologique de tissus, de l'eau, du sol et de l'air.

5. L'évaluation et la détermination des conditions d'acquisition, de transport, d'entreposage, d'utilisation et d'élimination sécuritaires de toute entité biologique.

6. La planification, la conception, la réalisation et l'analyse de tout inventaire de la faune et de la flore ainsi que des écosystèmes terrestres et aquatiques (dulcicole et marin).

7. L'évaluation, la gestion, la conservation et la mise en valeur de la biodiversité et des écosystèmes terrestres et aquatiques.

8. L'évaluation et la caractérisation des effets, des impacts, des risques et des conséquences, de toute contamination, activité ou de tout événement sur la santé, la faune et la flore ainsi que sur les écosystèmes terrestres et aquatiques.

9. La gestion et l'aménagement des ressources biologiques en milieu terrestre et aquatique.

10. Donner des avis et conseils relatifs aux activités réservées aux biologistes dans les différents domaines de la biologie. 

Source : Association des biologistes du Québec

Biologiste (environnement)

  • Offrir le soutien à l'équipe d'environnement en ce qui a trait à l'analyse de projets
  • Collaborer avec une équipe multidisciplinaire (conseillers en environnement, techniciens forestiers, techniciens miniers, arpenteurs, géographes, ingénieurs, etc.)
  • Effectuer les travaux de caractérisation de cours d’eau
  • Réaliser la surveillance et les suivis environnementaux de travaux en cours d’eau sur des chantiers de construction
  • Réaliser des relevés physico-chimiques et bathymétriques à l’aide d’appareils de mesures
  • Procéder à la caractérisation d’habitats fauniques
  • Réaliser des travaux d'aménagement d'habitats fauniques
  • Assurer l'inventaire écologique et la surveillance environnementale
  • Faire des travaux d'échantillonnage en milieux naturel et industriel
  • Élaborer des plans de conservation
  • Procéder à la caractérisation des sols
  • Demander des permis et des autorisations environnementales
  • Effectuer des études de suivi des effets sur l'environnement (ESEE)
  • Élaborer des plans de restauration et de réhabilitation
  • Faire de la formation et des ateliers de sensibilisation environnementale

Biologiste (moléculaire)

  • Planifier, élaborer, développer, mettre au point et effectuer différentes analyses de laboratoire relatives à la biologie moléculaire et cellulaire
  • Collaborer à l’établissement de diagnostics, à la détermination de traitements, au choix et à l’utilisation de méthodes, de techniques et d’instrumentation
  • Assurer le maintien d’une banque de tissus
  • Agir à titre de conseiller auprès des pathologistes ou d’autres professionnels de la santé
  • Superviser et participer à la formation scientifique des techniciens, étudiants et autres professionnels de la santé

Biologiste (faune)

  • Participer à des inventaires fauniques et floristiques
  • Compiler des inventaires et participer à la rédaction des rapports d’inventaires
  • Participer à la planification d’un plan de stabilisation et de revégétalisation ainsi que des plans de gestion des espèces
  • Évaluer les impacts environnementaux des constructions sur les populations animales
  • Effectuer des recommandations aux instances concernées en vue d’atténuer ou de diminuer les impacts environnementaux
  • Fixer les conditions d’exploitation sportive et commerciale des espèces
  • Aménager et restaurer des habitats pour préserver la faune
  • Établir des contacts avec des propriétaires privés ou des associations dans le cadre d’activités de promotion et d’éducation

Biologiste (biotechnologie)

  • Développer et mettre au point de nouvelles technologies et de nouveaux produits
  • Élaborer, gérer des projets de recherche et développement dans des domaines tels que la culture cellulaire, la pharmacodynamique et la toxicologie
  • Effectuer l’expérimentation et la supervision du travail technique
  • Élaborer des protocoles expérimentaux
  • Étudier l’effet de nouveaux médicaments sur des cellules et des modèles animaux
  • Effectuer des tests de viabilité
  • Effectuer de la recherche de financement

Spécialiste en sciences biologiques

  • Participer à la supervision des techniciens de laboratoire
  • Organiser et contrôler la mise au point des techniques et en assurer le fonctionnement
  • Participer à la gestion des échantillons nécessitant un suivi (résultats anormaux, rappels, référés, reprises, entreposage, etc.)
  • Participer au processus pré-analytique et analytique des échantillons reçus et en assurer la supervision
  • Participer ou superviser la création des requêtes dans le système d'informations du laboratoire
  • Interagir avec différents professionnels

Source : Association des biologistes du Québec

Exigences

  • Excellente communication écrite et orale
  • Connaissances des lois environnementales
  • Connaissance de techniques de laboratoire
  • Expérience en laboratoire et en recherche
  • Travail d’équipe (équipe multidisciplinaire)
  • Bonne capacité de concentration
  • Sens de l’observation
  • Capacité d'analyse
  • Autonomie
  • Sens de la gestion et de la planification

Pour acquérir ou parfaire une compétence recherchée par les employeurs, consultez le site de la Formation continue de l'Université Laval. En inscrivant une compétence, vous obtiendrez la liste de toutes les formations associées, par exemple : gestion de projet, communication, etc.

La maîtrise et le doctorat sont de plus en plus exigés. On demande souvent la maîtrise en milieu pratique et le doctorat en milieu de recherche. En ce qui concerne le domaine de l’enseignement au collégial, le diplôme d'études supérieures spécialisées en enseignement collégial de même que la maîtrise en biologie offrent une préparation supplémentaire prisée par plusieurs collèges / établissements d’enseignement collégial. De plus, à certaines conditions, les étudiants peuvent se qualifier pour l'enseignement secondaire en obtenant 61 crédits essentiellement liés aux stages et à la pédagogie au baccalauréat en enseignement secondaire - sciences et technologie.

Sources : SPLA, le site du gouvernement du Canada, Repères, Faculté des sciences et de génie

Employeurs

  • Centres de recherche et de développement scientifiques
  • Centres d'interprétation de la nature
  • Établissements d'enseignement 
  • Organismes gouvernementaux fédéraux et provinciaux (par exemple : parcs nationaux et provinciaux)
  • Bureaux d'ingénieurs-conseils
  • Industries et laboratoires pharmaceutiques et médicaux
  • Municipalités
  • Services de conseils en gestion et de conseils scientifiques et techniques
  • Services de laboratoire d'essai et d'analyse
  • Bureaux de conseillers forestiers

Sources : Repères, le site du gouvernement du Canada, Faculté des sciences et de génie

Découvrez des entreprises qui recrutent à l'UL!

Cette section est réservée aux étudiants et aux diplômés.

Vous devez vous connecter :

S'inscrire Problèmes de connexion?

Secteurs d'emploi

Principaux secteurs d'activité dans l'ensemble du Québec % des biologistes et du personnel scientifique assimilé en emploi 
Administrations publiques 25 %
Services de conseils en gestion, de conseils scientifiques et techniques et de R&D scientifique 23 %
Soins de santé 17 %
Services d'enseignement 7 %
Pétrole, charbon et produits chimiques 6 %
Autres 22 %

N. B. : Ces statistiques doivent être interprétées avec prudence, car elles regroupent également les données relatives au personnel scientifique assimilé. Les secteurs d'activité portant exclusivement sur la biologie ne sont pas connus.

Source : IMT d'Emploi-Québec

Perspectives d’emploi

Selon les sites du gouvernement du Canada et d'Emploi-Québec, les perspectives d'emploi des biologistes et du personnel scientifique assimilé pour la période de 2019 à 2023 sont bonnes pour l'ensemble du Québec.

Sources : IMT d'Emploi-Québec et le site du gouvernement du Canada

Constats de votre conseiller en emploi

Durant vos études au baccalauréat en biologie, je vous suggère fortement de vivre le maximum d'expériences concrètes dans votre domaine professionnel (stages, projets de recherche, emplois d'été, emplois à temps partiel auprès d'un professeur, d'un chercheur ou même en industrie, une session à l'international, etc.). Ces « compléments d'apprentissage » vous permettront de vous démarquer auprès de futurs employeurs.

On remarque que le taux de placement sur le marché du travail augmente considérablement avec des études de deuxième cycle (maîtrise). 

Caroline Langelier, conseillère en emploi

Statistiques de placement

Selon l’enquête La Relance du ministère de l'Enseignement supérieur, les diplômés du baccalauréat en sciences biologiques de l’Université Laval de 2017 connaissaient la situation suivante en janvier 2019 :

Personnes diplômées visées par l'enquête

Taux de réponse

En emploi

À la recherche d'un emploi

Aux études

Personnes Inactives

Taux de chômage

L'emploi à temps plein et ses caractéristiques

Les études en rapport avec la formation

À temps plein

Salaire horaire moyen

En rapport avec la formation

N

%

%

%

%

%

%

%

$

%

%

69

75,4

40,4

1,9

57,7

0,0

4,5

83,3

20,8

28,6

96,7

Selon l’enquête La Relance du ministère de l'Enseignement supérieur, les diplômés de la maîtrise en sciences biologiques de l'Université Laval de 2017 connaissaient la situation suivante en janvier 2019 :

Personnes diplômées visées par l'enquête

Taux de réponse

En emploi

À la recherche d'un emploi

Aux études

Personnes Inactives

Taux de chômage

L'emploi à temps plein et ses caractéristiques

Les études en rapport avec la formation

À temps plein

Salaire horaire moyen

En rapport avec la formation

N

%

%

%

%

%

%

%

$

%

%

13

69,2

66,7

0,0

33,3

0,0

0,0

100,0

25,63

100,0

100,0

Selon l’enquête La Relance du ministère de l'Enseignement supérieur, les diplômés d’un doctorat en sciences biologiques de l'Université Laval de 2014 et de 2008 connaissaient les situations suivantes en janvier 2016 et 2010 :

Situation en janvier

Personnes diplômées visées par l'enquête

En emploi

Stagiaires post-doctoraux

À la recherche d'un emploi

Aux études

Personnes inactives

Taux de chômage

L'emploi à temps plein et ses caractéristiques

À temps plein

Salaire hebd. brut moyen semaines

En rapport avec la formation

année

N

%

%

%

%

%

%

%

$

%

2016

4

33,3

66,7

0

0

0

0

100

1308

100

2010

5

66,7

33,3

0

0

0

0

100

1000

100

Source : ministère de l'Enseignement supérieur

Données salariales

  • 5000 biologistes québécois pratiquent dans l'un ou l'autre des domaines de spécialisation de la biologie.
  • Selon Repères (2018), le salaire minimum annuel moyen des biologistes se situait entre 37 000 $ et 41 999 $ tandis que le salaire maximum moyen se situait entre 98 000 $ et 121 999 $.

Sources : Repères et l'Association des biologistes du Québec