Projets de recherche

Joueurs clés dans la résistance à l'insuline et le diabète

Description du projet

Le laboratoire du Dr André Marette est à la recherche d'étudiants motivés qui voudraient se joindre à son équipe dans le but d'entreprendre des études au doctorat (PhD). Les intérêts de recherche de son laboratoire portent notamment sur l'ensemble des mécanismes qui modulent les actions de l'insuline sur le métabolisme de glucose et des lipides. L'identification de médiateurs de la résistance à l'insuline dans les désordres pro-inflammatoires tels que l'obésité, le diabète et les maladies cardiovasculaires de même que les approches nutritionnelles pour prévenir ou traiter ces désordres sont au cœur des recherches de l'équipe. Voici une liste des projets du laboratoire:

1. Le rôle du monoxyde d'azote dans la résistance à l'insuline causée par l'inflammation: Le monoxyde d'azote est un gaz produit par notre corps par des enzymes (les NOSs) incluant la forme inductible (iNOS) qui joue un rôle important dans la défense contre les envahisseurs bactériens et viraux. Notre laboratoire fut le premier à démontrer que ce même gaz était aussi impliqué dans le développement de la résistance à l'insuline lorsqu'il était produit dans un contexte d'obésité (Perreault and Marette., Nature Medicine 2001). L'objectif de ce projet est donc de déterminer la contribution de iNOS dans l'apparition de la résistance à l'insuline.

2. L'implication de la voie de signalisation mTORC1/S6K1 dans la résistance à l'insuline: La signalisation de l'insuline est étroitement régulée. En se liant à son récepteur, l'insuline induit une cascade de réactions dont, entre autres, une boucle de rétrocontrôle négative sur la voie de signalisation mTORC1/S6K1 ce qui permet de terminer l'action de l'insuline. Fait intéressant, en présence d'excès de nutriments ou d'obésité cette voie est activée en permanence ce qui contribue à la résistance à l'insuline. Le but de ce projet est de comprendre comment les différents inhibiteurs de la voie mTORC1/S6K1 pourraient améliorer la résistance à l'insuline.

3. Le rôle de la phosphatase Shp1 dans le développement de la résistance à l'insuline: La signalisation de l'insuline n'est pas seulement régulée par la phosphorylation de cibles moléculaires, mais également par leur déphosphorylation afin d'atténuer le signal. Nous avons identifié Shp1 comme étant un nouvel inhibiteur de la signalisation de l'insuline (Dubois et al., Nature Medicine 2006). Des projets en cours cherchent à clarifier le rôle précis de Shp1 dans la résistance à l'insuline et de confirmer le rôle des nouveaux partenaires d'interaction que nous avons récemment identifiés et qui contrôlent le métabolisme et/ou la croissance/différentiation.

4. Les effets des médiateurs de la résolution de l'inflammation dérivés des oméga-3 sur le syndrome métabolique: Nous savons que la consommation d'oméga-3 est bénéfique pour la santé. Par contre, les mécanismes par lesquels ces lipides procurent leurs effets santé demandent à être mieux compris. Nous avons récemment publié dans la revue Nature Medicine (White et al., 2014) qu'un métabolite des oméga-3, la protectine DX (PDX) est un joueur clé dans la sensibilité à l'insuline via un mécanisme impliquant la production d'IL-6 par le muscle. Le but de ce projet est d'étudier les mécanismes d'action et le potentiel thérapeutique de cette molécule.

5. Comprendre le rôle du microbiote intestinal sur le développement de l'obésité et des désordres associés: Les études récentes ont démontré le microbiote intestinal peut être considéré comme nouvel organe dans le contrôle du métabolisme énergétique. Le laboratoire du Dr Marette propose plusieurs projets permettant de comprendre comment ses bactéries influencent, entre autres, la prise de poids, la stéatose hépatique, la sensibilité à l'insuline et l'inflammation. D'autre part, le Dr Marette étudie aussi les stratégies alimentaires pouvant moduler favorablement notre microbiote intestinal.

Domaines de recherche

- Diabète
- Résistance à l'insuline
- Obésité
- Biologie moléculaire et cellulaire

Directeur de recherche

André Marette

Milieu de recherche

Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et pneumologie de Québec, Hôpital Laval

Site web


Programmes d’études associés

Doctorat en médecine moléculaire

Description du programme

Soutien financier disponible*

Financement en lien avec le projet de recherche

Information non disponible

Financement en lien avec le programme d'études

Bourses de réussite

Étapes
Prime 
Prime de progression (S-1 à S-8)
8 x 600$
Prime de progression (S-9 à S-11)  3 x 200$
Réussite de l'examen de doctorat
700$
Dépôt initial de la thèse avant la fin de la 12e session d'inscription à temps complet
2 000$
Perfectionnement en anglais ou français langue seconde 250$
Total 7 550$


Bourses d'études aux cycles supérieurs

Faculté de médecine: Bourses de recrutement au 3e cycle d’un montant de 10 000$.

Fonds de recherche sur l’arthrite et les maladies rhumatismales de l’Université Laval (FRAMR): Bourses d’un montant de 10 000$.

Bourse Ven Murthy: 2 bourses de recrutement en neurosciences pour étudiant étranger d’un montant de 25 000$.

* Présentation du soutien financier maximal disponible. Certaines conditions s'appliquent. Sujet à changement sans préavis. Pour plus d'information, renseignez-vous auprès des organismes responsables.

Profil recherché

- Recherches médicales
- Biochimie et microbiologie
- Biologie
- Endocrinologie et métabolisme

Exigences et conditions

- MSc dans un domaine relié
- Hautement motivé
- Capacité de travailler en équipe
- Excellentes habiletés de communication

Documents exigés

- Curriculum vitæ
- Relevé de notes

Pour plus d'information

André Marette
Directeur de la Chaire de Recherche sur la pathogénèse de la résistance à l'insuline et des maladies
Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec
andre.marette@criucpq.ulaval.ca